in ,

Questions pour un champion : mauvaise nouvelle pour l’ex-animateur Julien Lepers

Quatre ans après avoir été écarté de l’émission Questions pour un champion, désormais présenté par Samuel Etienne, l’ex-animateur Julien Lepers ne percevra pas le dédommagement qu’il demandait : un peu plus de 3,4 millions d’euros.

Selon Le Parisien, le conseil des prud’hommes de Paris a rejeté la plupart de ses demandes d’indemnisation face à Fremantle Media, la société de production de l’émission.

France : Emmanuel Macron va t-il suivre ce conseil choc de Nicolas Sarkozy ?

L’ex-animateur a en revanche obtenu que FremantleMedia lui verse un solde de tout compte de 800 000 euros. Une somme qui correspond à ses indemnités de licenciement, calculées sur la base d’un salaire mensuel de 39 907 euros. Julien Lepers a fait appel, a déclaré son avocat Pierre-Olivier Lambert auprès du quotidien.

Son âge au centre des débats

Selon la source, Julien Lepers – 66 ans à l’annonce de son éviction – estimait que son licenciement était “nul, car fondé sur une discrimination en raison de l’âge”. D’après lui, son départ était lié aux propos de la présidente de France Télévisions Delphine Ernotte-Cunci, qui avait déclaré trois mois avant son départ sur Europe 1 : “On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans, et ça, il faut que ça change “. Un argument non retenu par le conseil de prud’hommes, rejetant la demande de près de 1,4 million d’euros d’indemnités “pour licenciement sans cause réelle et sérieuse”.

Patrick Balkany filmé en train de mettre la main aux fesses d’une femme, les internautes scandalisés (Video)

La société de production se justifiait, au moment du licenciement, par la baisse des audiences de l’émission et soulignait un “clivage” entre Julien Lepers et “les attentes du public”.

“Mon client a obtenu le minimum, estime son avocat Pierre-Olivier Lambert. En ne voulant pas attribuer des montants trop importants, le conseil de prud’hommes n’a pas été très courageux. Mais on gagnera le deuxième round. Nous avons tous les éléments pour prouver qu’on ne peut pas licencier une personne parce qu’on estime qu’elle est devenue ringarde.”



Côte d’Ivoire : Amadou Gon Coulibaly annoncé à Abidjan le 2 juillet

Il traverse en solitaire l’océan Atlantique en 85 jours pour retrouver ses parents à cause du Covid-19