Rafael Nadal “très pessimiste” quant à la reprise du tennis

Rafael Nadal a déclaré dimanche qu’il était “très pessimiste” quant à une reprise complète du circuit du tennis professionnel qui a été interrompu par la pandémie de coronavirus.

Real Madrid : Une tendance claire pour l’avenir de cette pépite de Zidane !

“De mon point de vue, je suis très pessimiste quant à la possibilité de voir le circuit reprendre une activité normale”, a déclaré le numéro deux mondial lors d’un chat virtuel organisé par la Fédération espagnole de tennis (RFET) impliquant l’équipe qui a remporté la Coupe Davis l’année dernière.

“Au tennis, vous devez voyager chaque semaine, rester à l’hôtel, aller dans différents pays”, a déclaré Nadal. “Même si nous jouons sans public, pour organiser n‘importe quel événement, il faut beaucoup de gens impliqués, ce qui ne peut être ignoré. Au niveau international, je vois un sérieux problème”. Nadal a déclaré qu’il espérait que les restrictions puissent être assouplies progressivement, mais a ajouté qu’il était conscient que la situation sanitaire mondiale est grave.

“Nous avons eu un mois et demi très difficile, avec de nombreuses pertes irréparables ainsi que d’autres moins importantes qui apporteront encore de grandes souffrances à la société, je l’espère seulement pour quelques mois, au niveau économique”, a-t-il déclaré. “De nombreuses personnes vont perdre leur emploi”. Ce sont des moments tristes quand vous voyez tant de gens mourir”, a-t-il dit.

Nadal avait déjà déclaré à la radio espagnole qu’il pensait qu’il serait “difficile” de mettre en scène une des majors “à court ou moyen terme”. Il a travaillé avec son ami Pau Gasol, le joueur de basket espagnol, pour collecter des fonds dans la lutte contre le coronavirus.

Tennis : Le tournoi de Wimbledon 2020 annulé, une première depuis 1945

 

Avec d’autres grands joueurs de tennis tels que Roger Federer et Novak Djokovic, Nadal est l’un des promoteurs d’un plan visant à créer un fonds pour aider les joueurs de bas niveau qui souffrent financièrement.

Plus d'articles
Togo : Assemblée nationale, au revoir du bureau au personnel