RDC : 15 proches de Joseph Kabila demandent à l’UE de lever les sanctions à leur encontre

Quinze collaborateurs de l’ancien président Joseph Kabila demandent à l’Union européenne (UE), à travers un communiqué du 29 octobre, de mettre fin aux mesures restrictives imposées à leur égard. Selon eux, ces sanctions sont « illégales » et constituent une « ingérence » dans les affaires intérieures congolaises.

Côte d’Ivoire / Viol de la fillette de 3 ans : le suspect mis aux arrêts

« Les quinze personnalités demandent avec confiance à l’Union européenne (UE) et à l’ensemble des États membres de lever au plus vite l’ensemble des mesures restrictives qui sont prises à leur égard », peut-on lire dans un communiqué daté du 29 octobre. Le document est signé par une dizaine de collaborateurs de l’ancien dirigeant congolais Joseph Kabila : Ilunga Kampete, Gabriel Amisi Kumba, Ferdinand Ilunga, Célestin Kanyama, John Numbi, Roger Kibelisa, Delphin Kahimbi, Evariste Boshab, Alex Kande, Jean-Claude Kazembe, Lambert Mende, Eric Ruhorimbere, Emmanuel Ramazani Shadary, Muhindo Akili Mundos et Kalev Mutondo.

Boeing : le constructeur immobilise une cinquantaine d’avions dans le monde en raison de fissures

Cette demande intervient alors que le Conseil de l’UE se réunit actuellement pour décider de l’avenir de ces mesures restrictives. Début décembre 2018, à quelques jours de l’élection présidentielle en RDC, cette institution européenne avait renouvelé les mesures restrictives à l’encontre de ces personnalités jusqu’au 12 décembre 2019 pour « entraves au processus électoral en RDC et aux violations des droits de l’homme ».  Il s’agit de sanctions individuelles – gel des avoirs et interdiction de visa pour l’UE – qui frappent depuis décembre 2016 et mai 2017 plusieurs proches de l’ancien chef de l’État.

Avec Jeune Afrique

Plus d'articles
“Joe Biden est le diable”, dixit le père d’Angelina Jolie