Le député provincial de l’Ituri, Didier Boyoko, a été condamné le 16 juillet à 20 ans de prison par un tribunal militaire à Bunia, ont rapporté les médias congolais. Il était poursuivi avec 13 complices pour le meurtre de deux personnes dont un ressortissant chinois.


Didier Boyoko « figurait parmi les 14 personnes (dont des militaires) poursuivies dans l’attaque contre un convoi d’exploitants d’or chinois, le 17 juin », a rapporté la radio Top Congo.

De son côté, le député national Luc Mulimbalimba a été condamné le 18 juillet à dix ans de prison pour le meurtre d’un civil mi-juin par la Haute cour militaire à Bukavu, a rapporté un correspondant de l’AFP présent à l’audience.

Lire aussi Getafe : le Camerounais Nyom va-t-il rejoindre Djené Dakonam ?

L’auteur matériel du crime, un militaire commis à sa garde, a été condamné à perpétuité.

L’impunité des élus et des élites a souvent été dénoncée dans l’est de la République démocratique du Congo, où des dizaines de groupes armés perturbent la vie des civils.

Près de Beni dans la province du Nord-Kivu, trois civils ont été tués jeudi alors qu’ils travaillaient aux champs, ont rapporté vendredi plusieurs sources.

« Ces trois personnes, tuées à la machette allaient chercher à manger pour leur famille », a indiqué l’administrateur de territoire de Beni (responsable local), Donat kibwana, à un correspondant de l’AFP.

Les autorités attribuent comme d’habitude ces trois meurtres aux miliciens des Forces démocratiques alliées (ADF).

Lire aussi Huawei s’apprête à supprimer des centaines d’emplois aux États-Unis

Historiquement des rebelles musulmans ougandais, les ADF sont les responsables présumés du massacre de centaines de civils dans la région de Beni depuis octobre 2014.

Avec VOA Afrique