RDC – Déclaration de patrimoine : les ministres ont encore une semaine

En République démocratique du Congo (RDC), le Premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba demande à tous les membres du gouvernement de faire leurs déclarations de patrimoine dès leur entrée en fonction, a-t-on appris.

Les textes donnent un délai d’un mois à partir du jour de l’investiture et le même exercice doit être fait à l’issue du mandat. Toutefois, la consigne n’a jusque-là pas été suivie très sérieusement.

Lire aussi : Etats-Unis : Une souris sème la débandade en pleine conférence de presse à la Maison Blanche (vidéo)

Afin de montrer le bon exemple, Sylvestre Ilunga Ilunkamba s’est rendu en personne à la Cour constitutionnelle pour faire la déclaration de son patrimoine familial.

Le Premier ministre a déjà rappelé à tous les autres membres de son équipe l’obligation pour eux de se soumettre à cet exercice dès leur entrée en fonction.

Concernant son gouvernement, le chef de l’exécutif a ainsi rappelé que ce délai expirait le dimanche 8 octobre prochain.

Lutte contre la corruption

À cette date, celui qui n’aura pas fait la déclaration de patrimoine familial devra être poursuivi par la justice avec possibilité de perdre son mandat, explique un ancien juge de la Cour constitutionnelle, qui assure avoir recensé plusieurs personnes qui n’ont jamais fait de déclaration ni à l’entrée en fonction, ni à la fin du mandat, et qui n’ont jamais été inquiétées.

Lire aussi : Self-Help : Soutien financier des USA à 17 associations communautaires togolaises

Pour le journal Forum des As, il ne s’agit que d’un simple rituel qui ne subit aucun contrôle à l’expiration du mandat. Pourtant, dans l’opinion, cette déclaration du patrimoine familial est perçue comme un moyen de lutter contre l’impunité et contre la corruption.

De son côté, l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) demande au procureur général de la Cour constitutionnelle d’ouvrir une enquête sur le patrimoine de l’ancien président Joseph Kabila et des membres de son gouvernement. Dans un communiqué publié ce 1er octobre, l’ACAJ justifie sa demande en se fondant sur un article de la Constitution qui aurait été violé.

Avec RFI

Similaires