« Trop c‘est trop », scandent des protestataires devant le palais présidentiel, à Kinshasa, ce lundi 19 août. Ils exigent l’implication « personnelle » du président de la République afin de trouver une solution aux violences qui prennent de l’ampleur dans l’Est du pays.


Ils étaient environ une centaine de jeunes, tous vêtus en noir et munis de banderoles pour exprimer leur ras-le-bol. Tous ont leur regard tourné vers Félix Tshisekedi. Pendant que certains pleurent, d’autres font montre de mécontentement. Il est question pour ces jeunes de rappeler à Félix Tshisekedi sa promesse phare de campagne pour le territoire de Beni, la province du Sud-Kivu et l’Ituri, des provinces en proie à des violences de groupes armés depuis plus de vingt ans.

Lire aussi : France : les femmes africaines de chambre se révoltent

Le président avait promis lors des campagnes, en finir avec les groupes armés, dans l’est du pays. Cette proposition lui a valu des votes massifs dans la région.

Malheureusement, depuis son avènement au pouvoir, les alentours de ce palais servent de carrefour pour des protestations. Les manifestants entendent passer trois nuits successives devant le palais présidentiel pour réclamer l’intervention du président pour un retour au calme.