Tanko Timati

Le Président congolais Félix Tshisekedi a reporté l’installation des sénateurs nouvellement élus vendredi après des soupçons de corruption.

RDC, Félix Tshisekedi, critiques, Etienne Tshisekedi, monument funéraire
Félix Tshisekedi

À l’issue d’une réunion interinstitutionnelle qu’il a présidée le 18 mars, le chef de l’Etat congolais, Félix Tshisekedi a décidé de suspendre l’installation des sénateurs nouvellement élus ainsi que la tenue prochaine de l’élection des gouverneurs prévue le 26 mars.

Idée de Cadeau pour la Pâques

Une décision qui fait suite à de graves accusations de corruption impliquant des députés provinciaux issus de l’UDPS, parti de Tshisekedi.

Lire sur Côte d’Ivoire : Guillaume Soro dénonce un complot pour l’assassiner

En effet, ces « grands électeurs » sont accusés par exemple, d’avoir vendu leur voix aux candidats de l’ex-président Joseph Kabila, qui revendiquent la majorité des sièges au Sénat, élu au suffrage indirect.

Étonnant, car même à Kinshasa, l ‘UDPS n’a obtenu aucun sénateur alors qu‘elle dispose de 12 élus à l’assemblée provinciale.

Une situation qui a provoqué la colère des militants de l’UDPS qui ont manifesté lundi à Kinshasa et Kananga (Kasaï central) contre leurs propres élus qu’ils accusent d’avoir cédé à la corruption et trahir la discipline du parti.

Le Président a cependant exigé l’ouverture d’une enquête pour “débusquer” les élus “trempés dans la corruption”, et des sanctions sévères à leur encontre.

Lire aussi Match Bénin – Togo : la promesse de Mathieu Dossevi au peuple togolais

Investi en janvier, Félix Tshiskedi avait promis de lutter contre la corruption dans son pays. Lundi, l’ONU a exhorté le nouveau dirigeant, lié par un accord politique à son prédécesseur Joseph Kabila, à former une nouvelle équipe gouvernementale, en avertissant que les électeurs avaient des « attentes immenses ».