Le ministre de la Santé de la République démocratique du Congo a démissionné de son poste pour protester contre la décision prise par la présidence de la République la semaine dernière de gérer directement la riposte à l’épidémie d’Ebola dans l’est du pays.

Dans sa lettre de démission au président congolais, Oly Ilunga a dénoncé ce qu’il a appelé l’ingérence dans la gestion de la réponse à l’épidémie d’Ebola.



Lire aussi Afrique du Sud : traité en « accusé », Jacob Zuma ne veut plus coopérer à l’enquête sur la corruption

L’homme qui a été ministre de la Santé pendant près de trois ans était manifestement contrarié par la création d’un secrétariat technique qui relèverait désormais directement du président Felix Tshisekedi.

Ilunga a également critiqué les pressions extérieures en faveur de la mise en place d’un deuxième vaccin Ebola qui, selon lui, n’est pas adapté car il faut deux doses en deux mois pour être efficace.

En plus des désaccords politiques, la lutte contre Ebola fait face à deux énormes défis : la suspicion et la méfiance de nombreuses personnes hésitant encore à se signaler aux agents de santé lorsqu’elles tombent malades.

Lire aussi Nigeria : bonne nouvelle pour un soldat qui retourne un colis bourré d’argent liquide

L’épidémie d’Ebola qui a débuté en août dernier et qui est la deuxième la plus meurtrière de l’histoire du Congo a tué plus de 1.7000 personnes jusqu’à présent.

Avec BBC Afrique