in ,

Recep Tayyip Erdogan investi président “Chef suprême” de la Turquie pour 5 ans

Recep Tayyip Erdogan, président turc
Recep Tayyip Erdogan, président turc
Recep Tayyip Erdogan, président turc

Après sa double victoire aux élections présidentielle et législative le 24 juin dernier, le chef du parti turc AKP, Recep Tayyip Erdogan a prêté serment ce lundi 9 juillet, pour un mandat de 5 ans qui le mènera en 2023, année du centenaire du pays. Il bénéficie désormais de pouvoirs plus élargis, conformément au référendum qui a obtenu le “oui” du peuple en avril 2017.

Désormais, la Turquie n’a plus de Premier ministre. Le président est à la fois le chef de l’Etat, de l’exécutif, des armées, et du parti au pouvoir. Le Parlement est marginalisé, la haute juridiction dominée par le président. Et avec toutes ces prérogatives, le régime turc sous Erdogan n’en sera pas plus assoupli. Ce week-end, plus de 18 000 fonctionnaires ont été limogés par le président.

Selon les analyses du spécialiste de la Turquie, Didier Billion, « Les pouvoirs qui sont attribués au président Erdogan en fonction de la refonte constitutionnelle votée l’année dernière par référendum, lui permettent, au-delà d’un certain nombre d’autres articles, de gouverner par décret présidentiel. Donc effectivement, les libertés démocratiques qui n’était déjà pas en très bon état en Turquie, risquent d’être encore restreintes dans les semaines, les mois et les années à venir ».

Au pouvoir depuis 15 ans, le président Recep Tayyip Erdoğan a désormais “carte blanche” afin de faire du pays, ce qu’il appelle « la nouvelle Turquie ».



Evala Kozah 2018

Evala 2018, les chaudes empoignades se poursuivent dans la Kozah

« Je nourris mes 2 femmes et 7 enfants avec le fruit de mes activités de fraude », tente d’expliquer un faussaire pour se justifier