Le désamour : voici comment vaincre ce sentiment qui détruit les relations conjugales et amicales
Crédit Photo : Afrique Times

Relations : voici les 7 phrases à bannir lors des disputes de couple

Les conflits dans une relation sont parfois inévitables. Il faut souvent y faire face pour repartir de nouveau sur une base plus saine. Toutefois, une simple remarque peut tout faire partir en éclats. Il est donc important d’apprendre à « se disputer intelligemment ».

Tu fais toujours la même chose.

Cela indique que la personne reproduit toujours le même comportement, et ce même si elle fait des efforts. « Quand on nous dit cette phrase, cela donne l’impression que tout ce que l’on fait n’est pas perçu par l’autre. Il suffit d’un pas de travers pour que le partenaire ne retienne que cela », informe Christelle Born, psychanalyste et thérapeute de couple. Souvent, ce ras-le-bol est le signe d’une accumulation que l’on ne supporte plus. « La répétition de certains actes fait qu’on y est plus sensible et qu’on ne les tolère plus », précise la professionnelle.

Tu ne changeras jamais.

Il s’agit souvent d’une différence de points de vue, et quand ils divergent à l’extrême, c’est comme si on ne parlait pas la même langue. Par conséquent, l’autre a l’impression de ne pas être compris », affirme Christelle Born. La personne ne se sent pas reconnue dans sa différence, « elle a l’impression d’être cataloguée et de ne pas être à l’image de ce que l’autre attend », a continué la thérapeute.

Elle peut donc perdre confiance en elle et penser qu’on la sous-estime. Cependant, chaque personnalité ne réagit pas de la même façon. « Une personne introvertie va immédiatement se remettre en question alors que celle qui a généralement confiance en elle va vouloir s’affirmer pour se protéger », a expliqué la professionnelle.

Je ne te supporte plus.

Cette phrase prononcée à tout va dans un conflit, est une critique de l’être entier. Il ressent un sentiment de rejet, il n’est pas aimé tel qu’il est », informe la thérapeute, Christelle Born. « La personne qui l’entend régulièrement n’a plus envie de répondre parce qu’elle est n’est pas acceptée. Par la suite, chacun commence à vivre dans son coin, et cela peut mener au mutisme de l’autre », a ajouté Christelle Born.

Tais-toi

Ces deux petits mots en disent beaucoup sur le type de relation instauré entre les conjoints. « Celui ou celle qui demande à l’autre de se taire veut souvent avoir l’ascendant sur le partenaire et prendre les rênes dans le couple », souligne la professionnelle. Un pouvoir qu’elle avait probablement depuis le début, mais qui lui échappe avec le temps. 

« Et quand l’un des deux membres du couple essaye de s’exprimer un peu plus, l’autre ne le supporte pas », selon la psychanalyste. Si la personne a une forte personnalité, elle peut surenchérir et engendrer une dispute encore plus importante. En revanche, quelqu’un de plus sensible « va intérioriser et très mal le vivre. Cela peut entraîner une baisse de confiance en soi », alerte Christelle Born.

Il n’y a pas de quoi s’énerver

Cette phrase, qui en agace plus d’un, manifeste une différence de considération. « Au début, on n’est pas forcément en colère. Le sentiment naît quand l’autre se montre excessivement calme. C’est ce qu’on appelle, l’agressivité passive », rappelle la thérapeute. Dans ces cas-là, le détachement de l’autre face à la situation est pris pour un manque d’intérêt. « On a l’impression que celui qui est en face de nous ne prend pas acte de nos émotions », a déclaré Christelle Born.

Si tu fais ça c’est fini entre nous

« Ici, il s’agit clairement d’un chantage affectif », dénonce la professionnelle. Un comportement dû encore une fois au cumul de certains actes de la part de l’autre, et que l’on ne supporte plus. Il suffit d’une action pour faire déborder le vase et en arriver au point de non-retour. De là, s’en suit un conflit plus profond, car « cela incite l’autre à faire exactement ce que son partenaire n’aime pas », a ajouté la professionnelle.

Tu n’es qu’un ****

En venir aux insultes signifie « que l’on a dépassé un seuil et cela peut laisser des séquelles », avertit Christelle Born. Même si les nerfs sont à vifs, il est préférable d’utiliser d’autres mots moins offensifs, car « les insultes peuvent devenir une habitude. Elles coupent complètement la communication et n’effacent pas le problème », conclut la psychanalyste.

Plus d'articles
Real Madrid : première décision forte d’Ancelotti pour le groupe merengue