Le 11 janvier 2019, date de naissance du Réseau des Associations pour une Action Citoyenne (RAAC). L’organisation est portée sur les fonts baptismaux dans l’après-midi de ce vendredi à l’hôtel Eda Oba, à Lomé.

Le 11 janvier 2019, date de naissance du Réseau des Associations pour une Action Citoyenne (RAAC). L’organisation est portée sur les fonts baptismaux dans l’après-midi de ce vendredi à l’hôtel Eda Oba, à Lomé.
Le bureau fédéral du RAAC

Paix, stabilité, développement durable, bonne gouvernance et droits humains sont autant de valeurs que le RAAC veut garantir au Togo en complicité avec le gouvernement et ses partenaires, et les autres associations de la société civile.



Pour la présidente Mme Djayouri Noulo-Kmey « le RAAC veut fondamentalement ramener la société civile à ses fondamentaux, notamment dans son rôle d’interpellation, d’éducation et dans son rôle de proposition des actions en appui au gouvernement ».

Le 11 janvier 2019, date de naissance du Réseau des Associations pour une Action Citoyenne (RAAC). L’organisation est portée sur les fonts baptismaux dans l’après-midi de ce vendredi à l’hôtel Eda Oba, à Lomé.
Mme Djayouri Noulo-Kmey, présidente du RAAC

Ce réseau regroupant des associations et organisation de la société civile se veut ainsi pour objectif de promouvoir la démocratie par le dialogue, la médiation, de développer des valeurs telles que le civisme, le respect des droits humains, des textes et règlement en vigueur pour permettre l’harmonie et la cohésion au sein de la société togolaise.

Pour atteindre ces objectifs, il s’agira principalement, en matière des stratégies à mener, « la sensibilisation, la mobilisation des acteurs en charge du développement et le renforcement des capacités de nos membres, soutient Mme Djayouri Noulo-Kmey.

Le 11 janvier 2019, date de naissance du Réseau des Associations pour une Action Citoyenne (RAAC). L’organisation est portée sur les fonts baptismaux dans l’après-midi de ce vendredi à l’hôtel Eda Oba, à Lomé.
Tous unis pour un Togo apaisé

Dans les jours à venir, le RAAC, prévoit toute une batterie d’actions à mener et lance un appel aux autres organisations de la société civile à rejoindre le mouvement afin de travailler dans la sérénité, dans le « rôle qui leur est dévolu en tant que société civile ».