Le conseil d’administration de Renault se réunira vendredi matin «afin de se prononcer sur la gouvernance du groupe», a annoncé le constructeur automobile français dans un communiqué publié jeudi, alors que le directeur général, nommé à la direction exécutive du groupe en février 2018, est annoncé sur le départ.

«Une communication sera effectuée à l’issue de cette réunion», a précisé le groupe. «L’enjeu, c’est de discuter de l’avenir de Thierry Bolloré», a indiqué à l’AFP une source proche de l’entreprise.



Sénégal : Macky Sall avoue son erreur et va supprimer un décret à polémique

Dès mardi soir, il était annoncé que le président de Renault Jean-Dominique Senard allait proposer à son conseil d’administration de trouver un successeur à Thierry Bolloré. La pression était très forte depuis des mois sur ce dirigeant, identifié comme étant un proche de Carlos Ghosn, l’ancien PDG mis en examen et assigné à résidence au Japon pour de multiples malversations présumées.

Au sein de l’État français, premier actionnaire du constructeur avec 15% du capital, on ne cachait pas depuis l’éclatement du scandale la volonté de tourner définitivement la page en renouvelant les hauts dirigeants associés à cette période. «La question d’aller au bout du renouvellement du management se pose», a ainsi déclaré cette semaine une source proche de l’État, sous couvert d’anonymat.

 

Avec LeFigaro