Les éléments enquêteurs sont déterminés à mettre la main sur le présumé meurtrier de Bineta Camara (Gauche), du nom de cette jeune fille qui été tuée, dans la nuit du samedi au dimanche à Tambacounda au Sénégal.

En effet, un autre suspect, du nom de P.A. Fall (photo à Droite)) a été interpellé après l’arrestation du vigile de la maison. Ce deuxième mis en cause qui a été arrêté, tenait, par devers lui, le téléphone portable de la victime.



Lire aussi : RDC : Félix Tshisekedi a (enfin) nommé son Premier ministre

Selon les premiers éléments, il serait un voisin de la famille de la défunte Bineta Camara, et fréquentait régulièrement son domicile. Il aurait d’ailleurs été ailleurs dans la maison mortuaire. Selon nos sources, c’est par géolocalisation du téléphone de cette dernière qu’il a été retrouvé et mis aux arrêts.

Hier, le média sénégalais Emedia.sn révélait que l’autopsie de Bineta Camara semblait aller dans le sens d’une tentative de viol qui a mal tourné. Le médecin-légiste a, en effet, produit un rapport dans lequel on apprend que la victime, Bineta Camara, n’aurait pas perdu son hymen.

La jeune femme, âgée de 23 ans, retrouvée morte chez elle le samedi, 18 mai, dernier, au quartier Saré Guilé de Tambacounda, peu après la rupture du jeûne a toutefois reçu des coups de poings avant d’être étranglée.

Lire aussi : Meurtre de la jeune Binéta Camara : les premiers éléments de l’autopsie, des révélations sur le présumé auteur

Le présumé coupable du meurtre de la fille Bineta Camara est mis aux arrêts par la police de Tambacounda. Pape Alioune Fall a été cueilli au domicile de la défunte. Il serait un proche du directeur de l’Agence de développement local, père de la défunte. Pape Alioune Fall aurait même avoué son crime. Il est en garde en vue au commissariat de police pour la suite de l’enquête.

Selon les termes du certificat de genre de mort délivré à la famille, Bineta Camara n’a pas été violée ni poignardée par son bourreau. Son oncle, interrogé par la Tfm, a fait savoir que la victime s’est farouchement opposée à son agresseur qui lui a donné de violent coups de poings avant de l’étrangler. Elle a gardé intacte son hymen et les habits qu’elle portait », affirme son oncle qui a salué la bravoure de la victime.

Le vigile de la maison familiale, soupçonné en premier lieu du meurtre de Binta Camara a été libéré.