Tanko Timati

Trois personnes comparaissent devant un tribunal du Zimbabwe pour avoir dérobé une valise contenant près de 150 000 dollars en liquide dans une propriété de l’ex-président Robert Mugabe.

Robert Mugabe, cash, vol
Robert Mugabe, ancien dirigeant du Zimbabwe. © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

Selon le quotidien gouvernemental The Herald, le vol s’est déroulé dans une propriété dont l’ancien maître du pays dispose à Zvimba, dans la banlieue de la capitale Harare.

L’une des accusés, dont une parente de Robert Mugabe, avait des clés de la maison et en aurait profité pour mettre la main sur la précieuse mallette avec deux complices, employés de la propriété.

Les cambrioleurs ont été arrêtés après avoir utilisé leur pactole pour acheter voitures, maisons et bétail.

Ils ont comparus cette semaine devant un tribunal zimbabwéen. « Johanne Mapurisa a acheté une Toyota Camry (…) et une maison pour 20.000 dollars », a révélé mercredi à l’audience le procureur Teveraishe Zinyemba, cité par The Herald. « Saymore Nhetekwa a acheté une Honda (…) et du bétail dont des cochons », a ajouté le magistrat.

Crise financière

Les trois accusés ont été libérés sous contrôle judiciaire et devraient comparaître à nouveau le 24 janvier. Un quatrième suspect est toujours recherché par la police.

Les billets verts sont très prisés au Zimbabwe, où la grave crise économique et financière qui sévit depuis près de vingt ans les a rendus extrêmement rares. Les détenteurs de comptes bancaires ne peuvent en retirer en liquide qu’au compte-gouttes, le reste étant automatiquement convertible en « bonds notes », une sorte d’obligation dont la valeur a fondu par rapport à la devise américaine.

Depuis sa démission en novembre 2017 après trente-sept ans au pouvoir, Robert Mugabe, effectue de longs séjours à Singapour pour y être soigné. Son successeur Emmerson Mnangagwa a récemment rélévé qu’il ne pouvait plus marcher.