Rompre avec les anciennes appréhensions

Rompre avec les anciennes appréhensionsL’Etat dans ses fonctions régaliennes a le devoir et l’obligation d’assurer la protection des personnes et de leurs biens sur l’ensemble du territoire national.

Dans l’exécution de ces missions dévolues aux forces de la sécurité notamment la police et la gendarmerie, elles sont parfois décriées par les populations qu’elles sont censées protéger et sécuriser.

Conscient de cette situation, le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile avec l’appui de la fondation Hanns-Seidel a initié le concept de « Police de proximité » qui vise à redéfinir les rapports des services des forces de sécurité avec la population.

A cet effet, un atelier de sensibilisation, de formation et d’information sur la « Police de proximité » s’est tenu ce mercredi au Palais des Congrès de Kara après la première étape de Dapaong. Une rencontre qui s’est déroulée en présence de M. Vondoly Kodjo, Directeur de la région de police 2, représentant son ministre de tutelle.

Il a porté essentiellement sur deux thèmes cruciaux que sont « La coproduction de la sécurité pour tous avec la participation de la population » et « Les notions de base de la police de proximité ».

Le préfet de la Kozah, Col. Bakali Hémou Badibawou dans son allocution a salué ce projet qui s’inscrit dans le vaste programme de refondation des forces de défense et de sécurité initié par le chef de l’Etat togolais Faure E. Gnassingbé et a appelé les participants à se saisir de cette opportunité pour améliorer leurs connaissances sur le sujet.

Après cette étape de Kara, d’autres localités sur l’ensemble du territoire national sont prévues pour abriter les autres étapes de ces rencontres.

Firmine Mignanou

Plus d'articles
Coronavirus : Début de la vaccination en Guinée