Le 25 décembre 2019, Otis Bolamu, 39 ans, devait regagner la République démocratique du Congo d’où il est originaire. Les services de l’immigration britanniques avaient prévu de l’y faire retourner après un an de détention au Royaume-Uni pour situation irrégulière. Une initiative restée sans succès après une campagne nationale en soutien au jeune Congolais.

Cette grosse folie que prépare le Real Madrid pour Sadio Mané

À sa sortie du centre de détention, Otis Bolamu ne peut cacher sa joie. « Je suis très, très heureux aujourd’hui », a-t-il confié au Guardian. « Maintenant, je peux à nouveau dormir (…) Quand les services de l’immigration m’ont gardé en détention, ils ne cessaient de me dire de signer un document dans lequel j’approuvais de retourner en RDC. Je n’ai cessé de leur dire que je ne pouvais y retourner, parce que je serais tué. Maintenant, je suis sauvé », a ajouté le jeune homme.

Son histoire récente avec la République démocratique du Congo, s‘écrit sur des pages sombres, confie-t-il. Alors agent à la Commission électorale congolaise durant les dernières élections, il aurait été pris pour cible pour « espionnage » au profit de l’opposition, alors qu’il ne faisait que dénoncer un cas de fraude contre un candidat de l’opposition. Détenu durant neuf jours, il aurait été victime de torture, avant de s‘échapper de prison grâce à un ami de son père qui a réussi à soudoyer un militaire.

Un bébé sauvé des mains de ses parents Témoins de Jéhovah qui refusaient la transfusion sanguine

 

Aujourd’hui, Otis Bolamu vit à Swansea et est un volontaire de l’ONG Oxfam. Il prend par ailleurs des cours d’anglais et espère bientôt mettre ses connaissances en sciences acquises en RDC au service de sa nouvelle communauté.

Ce jeudi 16 janvier, sa communauté d’Oxfam, à Swansea, entend lui consacrer une cérémonie de réjouissance.

Avec Africanews