Samuel Eto’o : la légende camerounaise sera-t-elle privée de …

Il y a de cela quelques jours, Samuel Eto’o a fait l’objet d’une  condamnation par le fisc espagnol pour des faits qui remontent entre 2006 et 2009. Le verdict du procès a fait le tour du monde.

Ayant reconnue les faits qui lui sont reprochés, l’ancien pensionnaire du FC Barcelone a promis payé la somme. Cette condamnation a sali l’image de l’ancien joueur devenu président de la FECAFOOT.

Selon l’acteur de la société civile, la condamnation de l’ancien Lion Indomptable par le fisc espagnol l’empêche d’être un jour candidat à l’élection présidentielle. En effet, explique l’avocat, pour être candidat à l’élection présidentielle au Cameroun, il faut être inscrit sur une liste électorale.

Et d’après l’article 117 loi du 19 avril 2012 portant  Code électoral camerounais : « Les candidats  aux fonctions de président de la République doivent… justifier d’une inscription sur les listes électorales à la date du scrutin », explique l’avocat dans une publication sur sa page Facebook.

« Or pour être inscrit sur une liste électorale, il ne faut pas avoir été condamné à une peine privative de liberté, autrement appelée d’emprisonnement, supérieure à trois mois », soutient Me Christian Bomo Ntimbane.

Similaires