Riche en saveurs comme en nutriments et facile à conserver, simple et savoureux, la sardine fait partie, avec le thon et les maquereaux, des conserves de poissons les plus consommées dans le monde. Il y a cependant des précautions à prendre avant de la consommer.

Inde : des cours d’autodéfense pour contrer les violeurs



Quels sont leurs principaux bienfaits ?

La sardine est un poisson qui possède de nombreux bienfaits. Comme le souligne le lagrandeepicerie.com, la sardine est un poisson particulièrement surprenant, sa petite taille ne laissant pas toujours présager de ses nombreux bienfaits !

Appartenant à la famille des poissons gras, la sardine est riche en oméga-3, des acides gras participant au bon fonctionnement vasculaire et nerveux, et aidant à améliorer notre système immunitaire.

Si elle regorge de vitamines B & D, elle est également une excellente source de fer, de phosphore et de sélénium aux propriétés antioxydantes. On peut aussi noter sa concentration en protéines complètes, rendant nos assiettes plus rassasiantes.

Qu’en est-il du goût ?

Pour certaines personnes, les boîtes de sardines sont même millésimées ! Elles se conservent et se dégustent comme un grand cru. Car selon, elles, plus les années passent, plus l’huile imbibe le poisson, plus celui-ci devient moelleux.

Dans une vidéo réalisée sur le site Afrique Femme, le Dr Assi nous met en garde sur les dangers que nous encourons si nous ne prenons pas la peine de réchauffer la sardine en conserve avant sa consommation.

« Si vous voulez manger de la sardine en conserve, il faut chauffer la sardine avant de la consommer. En fait, les OGM qu’on ajoute à l’huile de sardine pour conserver les petits poissons, sont les mêmes OGM qu’on utilise à la morgue. Donc en réchauffant la sardine en conserve, vous détruisez les OGM », explique le Dr Assi, Kiné conseiller nutritionnel et psychothérapeute.

Afghanistan : au moins 62 morts lors d’un attentat dans une mosquée ce vendredi 18 octobre

Pareil pour tous les aliments en conserve car ces produits chimiques, dans le sang, vont se muter en cholestérol, en graisse et vont favoriser l’accumulation de plaques qui engendrent l’AVC.

Avec Afrique Femme