Scandale financier présumé avec UNIS : les réponses du Premier ministre canadien Justin Trudeau

L’affaire fait grand bruit depuis ce mois au Canada après la révélation des liens entre le Premier ministre canadien, Justin Trudeau et l’organisation UNIS. Le motif, cette dernière a été désignée pour superviser un programme de 912 millions $ visant à accorder des bourses aux étudiants et aux diplômés faisant du bénévolat sans qu’aucun appel d’offres n’ait été lancé.

Canada : Programme de bourses d’étude 2020-2021 de l’Université de Concordia

Questionné sur les événements qui ont conduit à ce choix, par un comité de la Chambre des communes, jeudi après-midi, le chef du Gouvernement a martelé que l’organisme UNIS n’a pas « reçu de traitement de faveur, ni de moi, ni de qui que ce soit d’autre».

Dans ses remarques d’introduction, le premier ministre a dit qu’il a appris pour la première fois que l’organisation UNIS allait administrer un programme de bénévolat étudiant le 8 mai, quelques heures avant une rencontre de son conseil des ministres où ils devaient en discuter.

Justin Trudeau : la mère du Premier ministre engluée dans un scandale financier

Jusque-là, il s’attendait à ce que Service jeunesse Canada gère ledit programme. «Lorsque j’ai appris qu’on nous recommandait UNIS, j’avais des questions. Je voulais être certain que la proposition de faire appel à UNIS pour mettre en oeuvre le programme avait été examinée de près», a fait valoir le premier ministre.

«Je voulais m’assurer qu’on avait mis tous les points sur les ‘i’ et les barres sur les ‘t’ en raison des connexions avec ma famille», a-t-il ajouté.

Real Madrid : Zidane prépare la succession de Sergio Ramos avec cette pépite de 19 ans

M. Trudeau dit que la fonction publique lui est revenue le 21 mai pour réaffirmer sa décision qu’UNIS était la seule organisation qui pouvait administrer le programme de bénévolat étudiant. Le conseil des ministres a approuvé la décision le lendemain, soit le 22 mai.

M. Trudeau a dit que le choix était entre aller de l’avant avec le programme, avec l’aide d’UNIS, ou ne pas aller de l’avant avec le programme du tout.

Carlos Ghosn : la date du procès de son assistant annoncée

Il s’est une fois de plus excusé de ne pas s’être récusé des discussions au cabinet. «Je sais que les apparences peuvent nuire à un bon programme. Et bien sûr, c’est exactement ce qui est arrivé ici et c’est vraiment dommage surtout parce que c’est un programme qui aurait pu être très important pour les étudiants et pour nos communautés», a-t-il déploré.

Plus d'articles
Royaume-Uni : accusé d’avoir enfreint les règles du confinement, le conseiller de Boris Johnson se justifie