Sénégal : l’Ong Oxfam veut limoger un cadre qui refuse de soutenir l’homosexualité

Selon le journal Enquête, Oxfam demande à ses employés de soutenir l’homosexualité. Elimane Kane, un cadre de l’organisation s’y est opposé et a été viré, rapporte la même source. Il a publié une lettre d’explications dont une copie est parvenue à nos confrères de KOACI.

« Vendredi 28 juin, vers 9.00. Oxfam International a envoyé un email commun à tous les agents d’ Oxfam intitulé “Lettre d’amour” dans lequel il est question de la condition des LGBTI dans l’organisation et de la nécessité de les promouvoir, de leur donner des postes de responsabilité, de renforcer leur leadership dans les pays du Sud et la lettre se termine par une menace aux pays et agents qui refuseraient leur solidarité à cette nouvelle vision d’Oxfam de quitter la confédération », a commencé par expliquer Elimane Kane .

Poursuivant, le cadre sénégalais note qu’à la lecture de l’email « je décide d’y répondre en dénonçant son caractère irrespectueux et violent, en démontrant comment cette injonction est contradictoire aux principes défendus par Oxfam en voulant imposer à tous une vision non partagée ».

Lire aussi : Togo : l’e-commerce en vogue à Lomé

« Je décline la lettre et évoque les éventuelles conséquences qu’elle pourrait avoir sur le bureau d’Oxfam au Sénégal et la sécurité des agents », a-t-il écrit, ajoutant qu’à sa suite, un collègue avait aussi réagi dans le sens de son email. « Après je n’avais plus accès à mes emails pour suivre la suite », dénonce-t-il.

Par la suite, le vendredi 28 juin, il est convié à une réunion avec la Directrice Pays, le Directeur des Opérations et le chargé des Ressources humaines. Ce dernier lui notifie verbalement la décision de la direction de saisir l’inspection du travail pour autoriser son licenciement pour faute lourde, avec mise-à-pied conservatoire de 15 jours sans salaire, correspondant au délai de réponse de l’inspection du travail. 

« Le motif invoqué renvoie à la pétition lancée par Legs-Africa pour demander une action judiciaire dans l’affaire du gaz, ma participation à la conférence de presse de l’initiative citoyenne Aar Linu bokk et mes sorties dans les médias en tant que président de Legs-Africa (itw RFI, ouestafrica,…) », fait-il savoir, notant que son compte pour accéder à mon ordinateur et mes emails a été systématiquement désactivé, alors qu’il est encore employé d’Oxfam .

À la suite de la lettre de Monsieur Kane, Oxfam accusé de recourir aux représailles contre ses agents qui refuseraient de faire la promotion de l’homosexualité au Sénégal, a réagi.

“Tout être humain, en particulier les personnes LGBTI et d’autres minorités, ont des droits, reconnus ou non par la loi, qu’il faut respecter et protéger”, clame l’organisation dans un communiqué.

Lire aussi : Bénin: des nouvelles sur l’état de santé de l’ex-président Boni Yayi

« Suite aux allégations faites dans la presse ce week-end sur la procédure de licenciement engagée à l’encontre Monsieur Elimane Kane contre une prétendue promotion des LGBTI au sein d’Oxfam, l’organisation confirme qu’il n’en est rien et souhaite apporter les précisions suivantes », lit-on sur le document de presse. 
Et d’ajouter : « Monsieur Kane a commis une faute lourde dans la mesure où il n’a pas respecté l’intégrité et préservé la réputation d’Oxfam. De nombreux rappels à l’ordre verbaux et écrits ont été servis à Monsieur Kane depuis le février 2019, puisqu’il devenait habitué des faits ».


« Mr Elimane Kane a, en connaissance de cause, violé les articles 1 et 3 du code de conduite du personnel de l’organisation qu’il a signé lors de son recrutement. Ces articles disposent le respect de l’intégrité et de la réputation d’Oxfam dans un comportement professionnel et personnel en conformité avec les valeurs et les normes de l’organisation et d’éviter tout conflit d’intérêt avec l’action d’Oxfam en menant sa vie privée », a expliqué l’ONG 

Plus d'articles
France : décès du cinéaste Philippe Nahon