Née en 1988, Marianne Seck Tall est l’ingénieure qui a dirigé les travaux de construction de la mosquée, depuis 2012, pour le consortium des entreprises du Sénégal (CDE). Détentrice d’un diplôme d’ingénieur en génie civil, obtenu à l’école supérieure polytechnique de Dakar, elle a ainsi supervisé plus de 800 ouvriers qui ont travaillé sur ce chantier.

Togo : de fortes pluies annoncées ce vendredi 4 octobre…prudence

IFT

Les travaux du chantier ont été effectués par des Sénégalais. Mais le plafond et la décoration ont été faits par les Marocains. Les minarets ont été réalisés par une entreprise suisse, spécialisée en coffrage glissant, une technique inédite au Sénégal.

Néanmoins, pour Marianne Seck Tall, le Massalikoul Djinane est la réussite de tout le Sénégal, de toute la communauté musulmane et de toute la communauté mouride. Elle a également félicité toutes les femmes en indiquant : « Vous êtes toutes les socles de la réussite, de nos pères, de nos maris, de nos frères et de nos enfants ».

Football : coup dur pour le PSG

Après 7 années de travaux, la mosquée Massalikul Djinane (Les chemins du paradis) de la confrérie des Mourides (la deuxième plus grande confrérie musulmane Soufie au Sénégal), a été inaugurée le vendredi 27 septembre à Dakar, dans le quartier populaire de Colobane.

Considérée comme la plus grande mosquée d’Afrique de l’Ouest, la mosquée a une surface de 10.000 m2, compte cinq minarets (dont le principal culmine à 75 mètres), quatre salles de prières, une esplanade extérieure et a une capacité totale de 30 000 places.

La grande salle principale de prière compte 7 000 places, une autre plus petite (pour les femmes) a une capacité de 3 000 places, la grande esplanade est aménageable pour 20 000 personnes (pour les jours de grande manifestation). La mosquée inclut également un institut islamique avec une salle de conférence de 2 200 places ainsi qu’une vaste résidence, pour le Khalife et ses éventuels hôtes.

Appel de Bensouda contre Gbagbo : « de tels procédés arbitraires se retourneront contre elle », selon le MSD

Sa construction a coûté environ 30 millions d’euros, financée exclusivement par la communauté Mouride du Sénégal et de la diaspora.

Avec Xibaaru