Si l’homme ne veut pas porter son condom, toi, porte ton fémidom !, Catherine Stone

Catherine Stone
Catherine Stone

Si l’homme ne veut pas porter son condom, toi la femme, tu devrais porter ton fémidom (préservatif féminin). Tel est le message qui sous-tendra le 21ème numéro du Caring Show prévu le dimanche 04 décembre prochain sur La Chaîne du Futur (Lcf) que nous a confié la ‘briseuse de tabous’, Catherine Stone, sa productrice. Une position tranchée en guise de conseil qui révèle un pan des problèmes auxquels sont confrontées les femmes et qui constituent un combat pour Catherine. Au cours de l’entretien qui suit, elle revient sur l’initiative de cette émission, premier talk-show au Togo, évoque son point de vue sur certaines réalités des femmes togolaises telles que le dilemme des ‘trois belles’, et le fémidom.

De nationalité américaine et Conseillère en bien-être de profession, avec plus de trente (30) ans de pratiques dans plusieurs capitales occidentales, ce parcours de Catherine Stone ne la présageait pas en premier lieu à l’émission grand public, Caring Show, qui passe chaque premier dimanche du mois. De retour au pays natal, il y a cinq (5) ans, pour y installer une partie de ses activités professionnelles, elle s’est vite rendu compte, au cours des échanges avec ses clientes, du gap qui existe entre les conditions des femmes en occident et celles en Afrique et particulièrement au Togo.

Un constat qui l’a amenée à se lancer depuis deux ans, dans la production de l’émission Caring Stone. Objectif, porter haut la voix des petites voix, en l’occurrence celle des femmes, des filles, des veuves, des orphelins dans une société fortement patriarcale, afin de faire changer des mentalités et certaines pratiques qui sont courantes.

Le retour

Deux (2) ans après le lancement, l’émission a à son actif vingt et une (21) émissions avec plus de 70 millions de FCFA dépensés pour financer sa production et sa diffusion. Bien que n’ayant pas encore de retour financier, ce qui l’amène à poursuivre son combat jusque-là en faveur de la femme à travers cette émission, et en faveur des enfants démunis par des dons en vivres et non-vivres, est le retour humain. « Je suis là des fois quand des gens me disent, ‘Ah Mme Stone, j’ai entendu telle chose dans votre émission et ça a changé tel côté de ma vie, ton émission m’aide à faire ci, et cela, etc. Ce sont des choses qui font plaisir et je sais que Caring Show change des vies, que ce soient pour des femmes, des étudiants, des veuves, etc. ;  et pour ces enfants, je suis convaincu qu’ils constituent l’avenir de notre pays ».

Bien que la situation soit difficile avec la facture, le vrai retour, explique-t-elle, « vient de Dieu, parce que c’est ma contribution que j’apporte. Quand on vient sur terre, c’est pour une mission. Peut-être que c’est ma mission, et si un  jour, je ne suis plus là, que les gens sachent que j’ai quand même contribué à faire bouger certaines choses dans notre pays ».

caringshowLa complémentarité homme-femme pour un monde meilleur

Pour Catherine, malgré les actions entreprises par les gouvernants en direction de la gent féminine, il faudrait en faire davantage, car à l’heure actuelle, il semble qu’elles sont « délaissées et abandonnées ».

Mais, insiste-t-elle, il faut que les femmes, elles-mêmes, prennent du courage et de la dignité et se mettent dans une posture proactive. « L’homme ne viendra jamais te donner la chance, c’est toi qui dois aller la chercher. Ils se disent en leurs fors intérieurs, si elles commencent par monter en grade, notre autorité sur elle va baisser ou nous ne pourrions plus crier sur elles, etc. Donc il faut avancer et réclamer vos droits et quand vous l’avez, vous pouvez faire, peut-être, mieux qu’eux ».

La femme togolaise de nature est très intelligente, forte et dynamique. Avec l’effort fourni par elle-même, associé à l’ouverture d’esprit des hommes qui leur donneront un peu de coups de main, car nous devons être complémentaires, «  je crois que nous serons dans un monde meilleur », dit-elle en guise de conseil.

catherine_emission
Une émission CaringShow

Le dilemme des trois belles

Si les femmes doivent se battre pour s’affirmer tout au long de leurs parcours tant formatif que professionnel, l’un des points sur lesquels sont estimées les femmes en Afrique est leurs foyers. Bien entendu, la relation homme-femme a ses hauts et ses bas, l’autre paire de manches à laquelle la femme doit faire face, est ce qu’appelle Catherine ‘le dilemme des trois belles’ que sont la belle-fille, la belle-mère, la belle-sœur. Très souvent au Togo, c’est la bagarre entre ces trois-là, nous dit-elle.

« Quand j’épouse le garçon de quelqu’un, elle devrait me considérer comme sa fille et non comme son ennemie. Mais c’est le contraire que je constate ici au Togo. Les belles-mères et belles-sœurs pensent qu’elles ont perdu quelque chose quand leurs enfants (frères) partent former leurs foyers. Elles deviennent aigries, et certaines vont même rester dans le foyer avec leurs enfants. La belle-fille qui a fondé le foyer avec son mari n’est pas contente et réagit en conséquence et ça devient source de conflits dans la maison ».

Le problème dans notre mentalité togolaise, fait-elle remarquer, c’est que les belles-mères (belles-sœurs) pensent que la fille est là pour dépenser l’argent du garçon. Une mentalité anormale et il faut que nous ouvrions nos yeux et cœurs pour comprendre que quand je maltraite la fille, qui est aussi l’enfant de quelqu’un, « est-ce que moi-même, j’ai été maltraité quand j’avais épousé le fils de quelqu’un d’autre ? ».

Il faut donc que les mamans et familles des garçons adoptent leurs belles-filles comme leurs propres filles pour que l’harmonie règne dans les couples.

Vue partielle du public d'une émission CaringShow
Vue partielle du public d’une émission CaringShow

21è numéro de Caring Show, le numéro du fémidom

Le prochain numéro de Caring Show, prévu le 04 décembre prochain sur la Chaîne du Futur (Lcf) à partir de 16 heures 00  T.U., va encore une fois relever un aspect des réalités sociétales togolaises. Celle de l’utilisation du préservatif féminin par les concernées.

L’objectif de Catherine à travers ce nouveau show est de « rappeler aux filles  que si l’homme ne veut pas porter de condom pour se protéger, toi, tu peux le porter ». Son utilisation n’abonde pas encore chez nous, mais « il faudrait que les femmes sachent que si l’homme veut aller au lit avec toi sans se protéger, c’est toi la femme qui est plus victime. D’une part, c’est toi la réceptrice qui est plus exposées aux maladies et d’autre part, c’est toi qui tombes enceinte, mais l’homme, lui, continue sa vie. »

Durant l’émission, des conseils seront donnés par des médecins et autres spécialistes de la santé sexuelle et de reproduction. Une scène-pratique sur l’utilisation du fémidom (sur un mannequin bien sûr) sera montrée pour que chacun puisse comprendre le bien-fondé de son utilisation, rassure-t-elle.

emission_catherine_un
Une émission CaringShow

Le message de la fin

Ce que je dirais tout simplement, c’est que Caring show a 21 émissions à son actif. Nous faisons notre part pour faire avancer les conditions féminines au Togo. Maintenant, nous allons à l’international, avec la réalisation de l’émission dans d’autres pays. Bien sûr, les émissions du Togo se poursuivront avec des thématiques axées sur les réalités de la société.

« À l’heure actuelle, nous ne disposons pas de sponsor, bien que nous en ayons besoin. Caring show a besoin d’être sponsorisé, c’est une émission qui éduque et c’est le seul talk-show télévisé au Togo. Nous nous sommes battus pour disposer d’un studio d’enregistrement, il faut du soutien pour que l’émission perdure dans le temps. C’est donc l’occasion de dire à tous ceux qui nous liraient d’apporter leurs contributions financières, sur la base de partenariats gagnant-gagnant avec nous, pour faire avancer les choses ».

Accédez au site de Caring Show pour échanger avec Catherine


Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
Bénin /Affaire Ajavon : le verdict de la Cour africaine des droits de l’Homme connu