”Si vous connaissez Jésus, moi je ne le connais pas… Laissez-moi aller en enfer”; le médium Aziz 47 en colère contre les chrétiens (vidéo)

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Le médium ivoirien Aziz 47 est très en colère contre les chrétiens, plus précisément ceux qui lui envoient des messages pour l’obliger à donner sa vie à Jésus. Il s’est adressé à ces derniers dans une vidéo publiée sur sa page Facebook.

Dans la vidéo, le médium a déploré le fait d’être harcelé dans les commentaires de ses publications par des chrétiens. Il a insisté sur le fait que chacun est libre de croire en ce qu’il veut. Et que la divergence de croyance ne doit pas être une source de litige entre les hommes.

”Le salut est personnel. Donc parce que vous avez accepté la Bible, les autres ne doivent pas exister ? En Afrique, nous sommes des animistes à la base. Les colons sont passés par plusieurs moyens pour nous imposer le christianisme. Ceux qui ont accepté, personne ne les oblige à quitter. L’animisme est ma religion, ce n’est pas parce que vous êtes chrétiens, que les autres religions ne doivent pas exister”, a-t-il déclaré.

Plus loin, le médium s’est adressé à ceux qui n’ont cessé de l’inviter à donner sa vie à Jésus. Il a affirmé qu’il ne le connaît pas, et qu’il ne fait confiance qu’à ses ancêtres.

“Vous voulez que je donne ma vie à Jésus par rapport à quoi ? Est-ce que moi je le connais ? Vous qui le connaissez, c’est pour vous. Les ancêtres, c’est pour moi. Et je ne vous force pas à me suivre. Alors je vous en prie, ne me forcez pas”, a-t-il ajouté.

Et pour conclure, il a déclaré n’avoir aucune crainte de l’enfer. Au contraire, il a invité les chrétiens à lui donner les clés et les documents qui lui permettront d’y avoir accès.

”Si je vais en enfer, où est votre problème ? Si vous partez au paradis, fermez la porte et donnez la clé à vos parents. Si parmi vous, il y a quelqu’un qui est capable de m’aider à aller en enfer, qu’il prenne le document de l’enfer avec la clé, et me les remette. Parce que moi, c’est là-bas que je veux partir. Arrêtez de m’emmerder”.