Sibeth Ndiaye : son remplaçant Gabriel Attal a failli devenir acteur

Le successeur de Sibeth Ndiaye, Gabriel Attal est un jeune Français de la trentaine qui fait ses marques dans l’arène politique depuis 2006. À cette époque il était militant du parti socialiste. Mais le porte-parole du gouvernement Castex a failli avoir une autre carrière.

Sibeth Ndiaye : « Tétanisé », son successeur Gabriel Attal l’appelle à l’aide

La logique familiale aurait voulu que le nouvel homme fort de la macronie se dirige vers une carrière artistique. À l’école alsacienne où il est resté jusqu’au bac, celui qui partage aujourd’hui la vie du député européen LREM Stéphane Séjourné, fréquentait la chanteuse Joyce Jonathan, sa « première amoureuse » dont il est encore très proche. L’univers professionnel de ses parents le dirige à l’époque vers une carrière d’acteur. En plus d’être avocat, son père, mort d’un cancer il y a quatre ans, était producteur de cinéma. De son côté, sa mère produisait des films d’entreprise.

Sibeth Ndiaye : ce moment décisif avec Emmanuel Macron

 

Alors qu’il était étudiant tout en prenant des cours de théâtre, Gabriel Attal aurait été la cible d’un casting sauvage alors qu’il n’avait pas encore vingt ans. Dans la rue, son physique fait des ravages, à tel point qu’il aurait été casté pour l’un des rôles principaux du film de Christophe Honoré La belle personne. Malheureusement, l’essai n’avait pas été suffisamment concluant et c’est un autre qui avait joué dans le long-métrage sorti en 2008.

Elle refuse de retirer une dent de sagesse et se retrouve au seuil de la mort

En guise de lot de consolation, il avait incarné un rôle secondaire dans le film. Une petite performance d’acteur qui lui aurait permis de s’offrir son premier scooter, révèle Gala. L’outil parfait pour se déplacer rapidement dans la capitale, pour l’ « homme pressé » qui ne devrait pas se contenter longtemps des seconds rôles.

 

Source : Gala

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
14 milliards USD mobilisés en 2 jours pour le Sida, le paludisme et la tuberculose : la contribution du Togo