Saham

Comme résolution phare de son sommet extraordinaire de tenu à Ouagadougou, la Cédéao, élargie à la Mauritanie et au Tchad, a annoncé samedi 14 septembre un plan d’action 2020-2024 d’un milliard de dollars pour la lutte contre le jihadisme.

Ce plan d’action prioritaire sur cinq ans sera adopté en décembre prochain. En huit axes, le plan doit tourner autour d’une mutualisation et d’une coordination accrue des efforts dans la lutte, d’un partage direct de renseignement entre États membres, ou de la formation et de l’équipement des acteurs de la lutte, précise rfi.fr

Plus spécifiquement, les chefs d’État et de gouvernement de la Cédéao appellent à un renforcement de la Force conjointe du G5 Sahel ou la Force multinationale mixte du bassin du Lac Tchad. Le plan prévoit aussi de cibler les sources de financement du terrorisme, notamment le trafic de drogue.

GTA

Il y a également un programme d’investissement prioritaire dans les zones fragiles, puisqu’à moyen et long termes, selon le président en exercice de la Cédéao Mahamadou Issoufou, « la solution ne peut être qu’économique et sociale. »

Lire aussi: Congo / Lutte contre Ebola : un ex-ministre soupçonné de détournement d’argent

Consultations à venir

Pour financer ce plan, la Cédéao fait le pari de mobiliser auprès de ses États membres 1 milliard de dollars sur cinq ans, selon des modalités qui seront arrêtées plus tard, lorsque le président de la commission Jean-Claude Brou aura consulté les uns et les autres.

« Il a été demandé au président de la Commission de regarder comment chaque pays peut contribuer à la mobilisation de ces ressources, explique le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré. Le mécanisme est donc bien mis en place et nous pensons que sur 4-5 ans, c’est une mobilisation qui peut être relativement faite. »

Orabank

Message à la communauté internationale

La Cédéao s’adresse aussi à la communauté internationale, responsable de la désagrégation de la Libye. Une crise qui a contaminé tout le Sahel, selon les chefs d’États ouest-africains. Elle appelle donc la communauté internationale à soutenir ce plan financièrement.

Lire aussi: Zimbabwe : quel avenir pour les employés du feu président Robert Mugabe ?

« La communauté internationale ne doit pas détourner le regard du Sahel, estime le Nigérien Mahamadou Issoufou. C’est la communauté internationale qui est à la base de la crise libyenne, dont nous subissons les conséquences. Quand cette crise libyenne a été déclenchée en 2011, nous étions contre. Il y a un chaos qui règne en Libye. Les armes qui étaient accumulées en Libye ont été pillées et circulent dans le Sahel et le bassin du Lac Tchad dans les mains des terroristes. »

La Cédéao exhorte par ailleurs le Conseil de sécurité de l’ONU à rendre le mandat de la Minusma plus offensif. Concernant le Mali d’ailleurs, elle réaffirme « que la région de Kidal est partie intégrante du territoire malien ».

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest demande au FMI et à la Banque mondiale de considérer les dépenses en matière de sécurité comme des investissements.

Source: rfi.fr 

Orabank