Sommet de Lomé : Faure E. Gnassingbe a donné le ton aux activités

Faure Essozimna Gnassingbe, chef de l'État togolais ce samedi 15 octobre à Lomé, Radisson Blu- 2 février
Faure Essozimna Gnassingbe, chef de l’État togolais ce samedi 15 octobre à Lomé, Radisson Blu- 2 février

Après les side-events qui se sont déroulés du lundi 10 au vendredi 14 octobre derniers sur l’esplanade des Palais des Congrès de Lomé, place à la Conférence des Chefs d’État, ce samedi 15 octobre. Les enjeux de la sécurité maritime, les défis et la signature de la très attendue «Charte de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritimes » sont sur le tapis.

Plus de 3000 délégués prennent part aux travaux de ce sommet. Les chefs d’État d’Afrique et des pays  partenaires, pour la plupart arrivés dans la capitale depuis ce vendredi 14 octobre, se sont retrouvés dans la salle de conférences de l’Hôtel Radisson Blu-2 Février qui accueille l’événement.

Le discours du Chef de l’État togolais, Faure Essozimna Gnassingbe, a ouvert le bal des allocutions d’ouverture de ce Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la sécurité, la sûreté maritimes et le développement en Afrique.

Dans son propos, il a fait ressortir que dans les mers africaines, « les vraies menaces proviennent pour l’essentiel de la piraterie et des entreprises criminelles». Ainsi, la tenue de ce sommet vise à offrir aux filles et aux fils du continent, un cadre d’épanouissement sécurisé, prospère et intégré tant au niveau des terres et des mers.

Quant à la charte sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement, elle vise à « faire des mers et des océans, un espace propice au développement de l’Afrique ». Il s’agit pour les chefs d’État, de « convenir d’un socle réglementaire conventionnel doté des mécanismes appropriés pour traduire en actions, notre commune volonté d’agir de façon méthodique et concertée. Le projet de charte africaine de sécurité maritime s’inscrit dans l’ambition d’adopter une feuille de route (…) pour la mise en œuvre des engagements auxquels nous avons déjà souscrits (…)» a martelé le président togolais.

Le Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, Carlos Lopes a pour sa part dans son allocution, salué les efforts des États africains dans la lutte contre les actes illicites sur les mers

La Présidente de la Commission de l’Union africaine a pour sa part fait ressortir la part importante des femmes du secteur maritime ainsi que leurs ambitions pour faire développer leur participation à l’économie bleue.

Le Président en exercice de l’UA et Président du Tchad, Idriss Deby Itno a bouclé la phase des allocutions en déclarant ouverts les travaux.

Après l’ouverture des travaux, les délégués se sont retirés, laissant place aux travaux à huis-clos des Chefs d’État et de gouvernement de l’UA.

Plus d'articles
Un homme arrêté pour avoir violé un cheval