in

SOS enfants vulnérables et sorciers

SOS enfants vulnérables et sorciersLe tableau de bord sur la protection de l’enfant entre 2011 et 2013 a révélé au total 150 filles victimes de mutilations génitales féminines et 1603 enfants dits sorciers.

Des pratiques socioculturelles à l’égard des enfants qui sont alarmantes, s’est indignée la Ministre de l’Action Sociale, Mme Kolani Yentcharé, à l’ouverture d’un atelier de validation du document de stratégie de communication relatif aux effets des pratiques culturelles et sociales sur les enfants, ce mardi 17 novembre à Lomé.

Ce document vise à définir les axes pour endiguer ces pratiques infanticides et qui cible notamment les mariages précoces, le déplacement des enfants dans les couvents ainsi que la situation des enfants qualifiés à tort de sorciers.

Pour Mme Albertine Azambo, Directrice générale de la protection des enfants, ‘Chaque société est régie par des comportements sociaux et culturels qui sont ancrés dans leurs modes de vie. Loin de juger certaines pratiques, il y a certains comportements qui ne sont pas favorables à la protection, à la survie et au développement de l’enfant’.

‘Cet atelier doit pouvoir aller à un dialogue communautaire qui mobilise autour de la thématique les différents acteurs au niveau micro, méso et macro par rapport à ce document soumis à validation au niveau des acteurs’, a-t-elle ajouté.

Il faut noter que ce document soumis à validation tourne autour des axes principaux tels que le changement des attitudes  sociales, la mobilisation sociale et le plaidoyer.

Firmine Mignanou



Les as du bistouri sont dans la Centrale

Les tilapias passent avec succès l’épreuve du feu