Pour la petite Amy Everett, ou Dolly, être victime de cyber-harcèlement alors qu’elle n’avait que 14ans n’a pas été supportable. Elle posait en portant les fameux chapeaux Akubra qui sont emblématiques en Australie.

Par la suite, elle a été la cible de harcèlement et tout est allé tellement vite. À part son comportement qui commençait à changer, et sa joie de vivre à se dissiper, rien n’a particulièrement inquiété son entourage. Un acharnement qui a été tellement fort qu’Amy a fini par se donner la mort.



La perte de la jeune Dolly a laissé un goût amer chez toute la famille. Son père, Tick Everett, a pris la parole et a voulu faire de cette expérience, une opportunité pour la prévention contre l’intimidation, et les dangers que l’on peut rencontrer sur Internet : « Cette semaine a été un exemple de la manière dont les médias sociaux devraient être utilisés, mais également de la manière dont ils ne devraient pas l’être ».

Lire aussi Togo-BEPC 2019 : une dictée trop compliquée pour les élèves ? (Photo)

Il a même invité les harceleurs de sa fille à venir à ses funérailles, ainsi pourront-ils voir toute la peine que leurs actes ont pu causer : « Tout d’abord, si par hasard les personnes qui pensaient que ce n’était qu’une blague et se sont sentis supérieures par l’intimidation et le harcèlement continus voient ce post, veuillez venir assister à la dévastation totale que vous avez créée ».

La famille Everett a élaboré une fondation nommée « Dolly’s Dream », dont le but est de soutenir les œuvres de bienfaisance, mais aussi de favoriser le changement des mentalités des jeunes, notamment relatif au harcèlement et ses conséquences néfastes.