TECHNOLOGIE : les femmes face au progrès de l’informatique.

Depuis quelques années, déjà, persiste, une plainte de la société concernant la désertion des femmes, dans le domaine de la science. Cette anomalie perdure toujours notamment dans l’informatique où elles se font de plus en plus absente. Le taux de femmes qui aboutissent à un master en développement d’applications, en data science, est pratiquement faible. Et pourtant, les débuts de l’évolution de la technologie ont été assurés par les femmes.

Technologie, Karen, Spärck, Jones
fillette souriante

Nombreuses, étaient-elles à avoir écrit l’histoire de l’informatique comme Ada Lovelace qui a accompagné Charles Babbage dans la conception des premières machines ou encore Grace HOPPER qui a travaillé sur les premiers ordinateurs du monde tels que Harvard Mark I, II et III. Elle est aussi à l’origine du terme « bug » (‘‘bogue’’ en français qui signifie une interruption d’un programme informatique suite à une panne) et d’un petit langage de programmation dénommé COBOL. Aussi Karen Spärck Jones, une femme qui a créé l’IDF (Inverse Document Frequency) à l’origine du TF-IDF, une technique exploitée par les moteurs de recherche pour classer les résultats.

Pour ne citer que celles-là, elles sont un exemple de femmes qui ont œuvrer pour le domaine de l’informatique et faire de lui ce qu’il est à nos jours. Toutes d’origine américaine ou européenne, il est temps que les femmes africaines aussi prennent le devant pour innover et épater. Aucun domaine d’étude n’est aisé, mais il incombe à tout un chacun de se mettre à l’œuvre pour une place parmi les grands innovateurs du monde.

Plus d'articles
France : drame au centre d’entraînement de l’AS Monaco