Témoignage : “De la cité à Emily in Paris, ma success-story doit encourager d’autres jeunes”

Dans la série “Emily in Paris“, Samuel Arnold interprète le collègue de bureau frenchy de Lily Collins. Une consécration pour cet enfant déterminé des quartiers sensibles de la région parisienne.

“Lorsque j’étais petit, mon acteur préféré était Will Smith dans la série Le Prince de Bel-Air. Je m’identifiais à lui, mais ça me paraissait impossible de devenir un célèbre comédien comme lui”, se souvient Samuel. A l’époque, le jeune homme vivait à Surville, un quartier sensible de Montereau, en Seine-et-Marne. Aujourd’hui, à 29 ans, Samuel Arnold est à l’affiche de la série Emily in Paris, diffusée sur Netflix et produite par Darren Star, le créateur de Beverly Hills et Sex and the City. Il y incarne Julien, le collègue français et confident d’Emily, une Américaine d’une vingtaine d’années venue s’installer à Paris pour y travailler. Une reconnaissance après de nombreux efforts et de déceptions.

La première lueur d’espoir, Samuel la perçoit en 2009 lorsqu’il participe à l’émission La France a un incroyable talent. “A l’époque, j’avais 18 ans et j’étais danseur de hip-hop, mais je restais lucide. Dans ce domaine, il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Mais lorsqu’on est parvenu en finale de l’émission, je me suis dit que, devenir comédien, c’était possible !”

Repéré par un coach d’art dramatique, Samuel part intégrer son école à Londres !

Prudent, le jeune homme passe son bac, mais se questionne sur son avenir. “J’ai hésité entre le métier d’infographiste, en corrélation avec mes études, ou acteur. J’ai choisi acteur !” A 21 ans, il intègre une école de cinéma à Paris et, lors de la projection d’un film de fin d’année, il est repéré par un coach d’art dramatique qui lui propose d’intégrer son école à Londres. “Je ne parlais pas un mot d’anglais, je ne connaissais personne là-bas, mais j’ai foncé.”

Déterminé, Samuel suit assidûment les cours durant la journée, et travaille le soir dans les cuisines d’un restaurant mexicain. “Durant un an et demi, je traduisais mes cours en français en rentrant du restaurant jusqu’à 4 heures du matin et le lendemain, je reprenais le même rythme intensif.” Des moments difficiles, mais Samuel parvient ainsi à totalement maîtriser la langue de Shakespeare et décroche sa place dans une agence artistique anglaise et française.

“En six années, j’ai connu une ascension fulgurante, c’est une grande fierté”

Il obtient son premier rôle au cinéma dans un court-métrage récompensé par le Prix du meilleur téléfilm au Festival de La Rochelle en 2016. Mais la vie d’acteur n’est pas un long fleuve tranquille. Le jeune homme enchaîne les castings des deux côtés de la Manche sans être retenu. “J’ai rencontré des déceptions, au début. Quand on s’investit dans un rôle, qu’on passe la première sélection, puis la deuxième, la troisième et qu’on essuie un refus, c’est dur, mais c’est comme ça que fonctionne ce métier, alors il faut l’accepter et avancer.”

Et sa ténacité se révèle payante. Il obtient ainsi un rôle dans un épisode de la série Platane, d’Eric Judor, puis joue pendant six mois au National Theater de Londres dans la pièce Anthony and Cleopatra aux côtéx de l’acteur Ralph Fiennes. “En six années, j’ai connu une ascension fulgurante, c’est une grande fierté et, surtout, ça prouve que peu importe d’où on vient et qui l’on est, à force de travailler, on y parvient.”

Avec Closer

Similaires