in

Thaïlande / Coronavirus : 5 ans de prison pour un poisson d’avril

La pandémie de coronavirus ne laisse pas de place aux blagues et aux rigolades. 

Le gouvernement thaïlandais sera intransigeant sur cette question, surtout que les fake news sur la pandémie sont plus répandus que le virus lui-même.

Google apporte 800 millions de dollars dans la lutte contre le Covid-19

Il a prévenu mardi que les blagues de poisson d’avril à propos du nouveau coronavirus seraient passibles d’une peine allant jusqu’à 5 ans de prison. 

« Partout dans le monde, des personnes souffrent de l’épidémie de Covid-19 et c’est une raison suffisante pour (…) ne pas l’utiliser comme une farce ou une blague. »

Selon une source interne, Google aussi ne proposera pas de poisson d’avril cette année en raison du coronavirus.

Alerte sur de possibles « effets secondaires graves » des traitements du Covid-19, après 3 décès suspects

Même le 1er avril, il est « contraire à la loi de diffuser de fausses informations sur le Covid-19 » peut-on lire sur une affiche postée mardi sur le compte Twitter du service des relations publiques du gouvernement. 

Les auteurs de fausses informations ou rumeurs sur le Covid-19 encourent outre la peine de prison, une amende pouvant atteindre 100.000 baht (3.055 $), soit environ 1 million 800 mille francs CFA. 

127 cas de contamination supplémentaires avaient été recensés le mardi ainsi qu’un nouveau décès, ce qui porte le total d’infections détectées à 1.651 et 10 morts.

Jeudi, le pays a décrété l’état d’urgence ; il restera en vigueur au moins jusqu’au 30 avril, dans le but de lutter contre la pandémie.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Meghan Markle et Harry : ils ont déjà tout prévu pour le premier anniversaire d’Archie

Le premier film sur le coronavirus bientôt sur vos écrans (vidéo)