Togo / 22 bus à 1 milliard : “Il faut simplement enlever de la circulation les bus de transport des prisonniers” ; cette célèbre autorité très remontée

Le député Gerry Taama est l’une des rares personnalités politiques à dévoiler clairement ses avis sur les différents sujets d’actualité au Togo. Les nouveaux bus réceptionnés par la société de transport Sotral font objet de débat sur la toile à cause de leur apparence physique. Le député a donné son point de vue via sa page dont voici un extrait.

“Maintenant, pourquoi je dis qu’il faut les retirer de la circulation. Voici les trois raisons principales. Je m’arrête à trois.

La première est que ce ne sont pas des bus destinés au transport urbain. Ce sont des bus militaires, il faut les donner à nos forces armées. Moi-même, si j’étais devant le président de la République Faure Gnassimgbé, je lui dirais ceci (…).

La seconde raison est que l’argument de leur adaptabilité pour l’Afrique ne tient pas. Sur leur robustesse, on voit aujourd’hui une société comme Rakieta qui exploite des bus qui font régulièrement plusieurs villes du nord comme même de l’hinterland. Et ces bus sont confortables et adaptés à nos routes.

Pourquoi est-ce que je prendrai un bus à 6000 F pour faire Lomé Kara, soit 15 F le km dans un confort acceptable, avec climatisation, chaises confortables et même télévision, et quand je prends un bus urbain, pour un étudiant 150F les 10km, soit au même tarif que celui de Lomé-Kara, je suis assis sur une chaise dure comme caillou, j’ai peu d’espace dans le bus pour rester debout, je n’ai pas de climatisation, et le bus me secoue comme si j’étais dans un char. Le bon sens est dans cette affaire. L’argument même du cout ne tient pas. Aujourd’hui, la société TATA fabrique à Abidjan de très jolis bus, dont s’équipe la SOTRA, à des prix concurrentiels.

La troisième et dernière raison est la disponibilité des pièces de rechange. Pourquoi au Togo nous achetons souvent les voitures japonaises ? C’est parce que nous savons qu’en cas de panne, nous trouvons facilement une pièce de rechange dans n’importe quelle boutique de pièces détachées. Les 22 bus sont venus avec un conteneur de pièces détachées.

Mais au bout de 6 mois, quand tu vas chercher une simple bougie de ces véhicules, tu ne les trouveras pas dans la boutique du coin parce que ce genre de camion n’est pratiquement pas utilisé au Togo. Voilà pourquoi l’option Tata ivoirien aurait été une bonne solution. Ou les Scania que les burkinabés ont acheté. Ils sont légèrement plus chers, mais les pièces se trouvent partout dans le pays et les mécaniciens savent réparer ça. Sans compter qu’ils sont de bien meilleure qualité” a-t-il écrit.

Similaires