Togo : 54 Nigérians dont 15 cybercriminels et 39 escrocs arrêtés par la police

Dans une note postée sur sa page Facebook, la police nationale togolaise annonçait l’arrestation de plusieurs cybercriminels et  escrocs tous d’origine nigériane en ce jour du 7 mai.

En effet, la Police Nationale a interpellé cinquante-quatre (54) individus, tous de nationalité nigériane dont quinze (15) faussaires cybercriminels et les trente-neuf (39) autres qui, sous le couvert d’activités de marketing de réseau QNET, s’adonnent à l’escroquerie.

Ces individus sont arrivés à Lomé en début de mois d’avril 2021 en provenance du Nigéria et du Ghana.

S’agissant des quinze (15) faussaires et cybercriminels, leur mode opératoire consiste à se faire passer pour des personnes de type européen et se servent de faux cachets des services de douanes étrangers, de faux documents qu’ils fabriquent de toute pièce à l’aide d’outils informatiques, pour escroquer leurs victimes en leur faisant croire qu’ils sont des hommes d’affaire sérieux vivant en Europe ou dans certains pays asiatiques.

Quant aux trente-neuf (39) autres individus agissant sous le couvert du réseau QNET, ils utilisent la ruse pour attirer leurs victimes au Togo en leur faisant croire qu’ils doivent s’inscrire dans un programme de formation professionnelle débouchant sur un emploi bien rémunéré, en contrepartie du paiement d’une somme comprise entre 400.000 et 500.000 FCFA.

Une fois l’argent encaissé, ces escrocs utilisent toutes sortes de subterfuges pour maintenir de gré ou de force leurs victimes, à qui ils ne proposent aucune formation ni activité sérieuse. Au demeurant, les victimes sont obligées de faire venir à leur tour, d’autres victimes encore, avant d’espérer un remboursement partiel de leurs fonds.

Il faut signaler que de nombreux jeunes togolais sont également pris au piège de QNET généralement à l’extérieur de nos frontières. Au-delà des promesses d’emploi mirobolantes, se cache toute une autre réalité.

La Police nationale invite la jeunesse togolaise à ne pas céder à la tentation et à se méfier des propositions de formations professionnelles ou d’emploi venant de QNET ou autre organisme douteux.

Plus d'articles
Togo : Faure Gnassingbé a reçu l’ambassadrice de Turquie à Lomé