Togo – Acte macabre dans le Yoto : un cultivateur décapité et broyé par ses amis, voici les faits

Depuis quelques jours, les dossiers criminels sont en train d’être passés au peigne fin par la cour d’assises.

L’un des actes macabres jugés par la juridiction pénale concerne le meurtre d’un cultivateur assassiné en 2013 dans le village de Monènou (préfecture de Yoto) par ses amis.

Lire aussi : Togo/23 juillet 2017 – 23 juillet 2019 : 2 ans déjà le drame de l’humoriste Folo et al

Le corps sans vie de la victime, le nommé Mensavi Afanlouvi, a été découvert, la tête broyée, le pied gauche et les deux mains coupés.

Les faits

Selon la Cour d’assises, les faits remontent à janvier 2019. La victime, feu Mensavi Afanlouvi était sorti de sa maison dans le village de Monènou (préfecture de Yoto) aux environs de 19 heures quand peu après, son corps sans vie a été découvert. Père de trois (3) enfants, il a été retrouvé, la tête broyée, le pied gauche et les deux mains coupés. On ignore jusque-là ce qui aurait poussé ces individus à commettre un tel acte horrible.

Le Procureur du Tribunal de Tabligbo s’est saisi de l’affaire et a ouvert une enquête qui a permis d’appréhender trois (3) individus, amis de la victime, qui sont inculpés d’homicide volontaire.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : le président Alassane Ouattara lance les préparatifs pour la présidentielle de 2020

Il s’agit des nommés T. Koffi, G. Djondo et H. Koffi qui ont été reconnus coupables, suite aux différents témoignages rendus par les populations du village de Monènou. Ces derniers ont malgré tout plaidé non-coupables.

Après les plaidoiries des avocats, les interventions des témoins et des accusés, la Cour, à l’unanimité, a reconnu coupables du crime d’homicide volontaire les trois personnes interpellées.

Les ‘assassins’ ont été condamnés à 15 ans d’emprisonnement et une amende de 20 millions de FCFA en guise de dédommagement à la famille de la victime.

Notons que la cour d’assises est la juridiction pénale compétente pour juger les crimes, c’est-à-dire les infractions les plus graves notamment les actes macabres.

Lire aussi : Togo : le PNUD recrute pour ces 4 postes (23 juillet 2019)

La session des assises révèle la densité de la justice, lui donne son vrai sens qui est à la fois la défense de la société, mais aussi des victimes. Il s’agit donc d’une formation non-permanente de la cour d’appel qui présente une originalité par sa composition comprenant des jurés populaires.

Plus d'articles
Le forum SAS s’offre à vous