Le café et le cacao occupent respectivement le deuxième et le troisième rang des produits agricoles d’exportation au Togo après le coton. Ils contribuent à 1,2% au PIB national et occupent environ 32 000 producteurs répartis dans les préfectures susmentionnées.

La cérémonie officielle de lancement de la campagne 2019-2020 de commercialisation du café et du cacao s’est déroulée ce vendredi 11 octobre 2019 au grand hôtel du 30 août à Kpalimé.



« La campagne 2018-2019 a enregistré 40,5% de qualité supérieure et 59,5% de qualité courante pour le café ; 78% de qualité supérieure et 22% de qualité courante pour le cacao. On note ainsi une amélioration de la qualité des produits exportés au cours de la campagne 2018-2019 de commercialisation. Nous exhortons les acteurs à maintenir cette tendance qui permet de rendre plus compétitifs nos produits sur le marché ». a souligné monsieur Gouthon Enselme, Secrétaire général du comité de coordination pour les filières café et cacao (CCFCC).

« Le Togo, petit producteur de café et de cacao, doit alors travailler sur la qualité de ses productions pour se positionner davantage sur les marchés de niche et gagner un différentiel de prix », a laissé entendre le ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique Koutèra Bataka.

Lire aussi : Togo : le ministre Bataka relève les défis de la transhumance transfrontalière à Accra

Avant de remercier “les partenaires techniques et financiers en l’occurrence la Banque Mondiale (BM), le FIDA et la GIZ qui ne cessent d’accompagner le gouvernement dans les efforts de développement  économique  du Togo en général et en particulier dans le maintien de la production et de la commercialisation  du café et cacao”.

Le ministre du commerce de l’industrie du développement du secteur privé et de la promotion de la consommation locale, Adedze Kodjo, dans son discours a souligné que : « la présente cérémonie  s’inscrit dans la droite ligne de la poursuite des efforts menés par le gouvernement togolais pour faciliter et encourager les activités de production, de transformation et  de commercialisation  du café et du cacao afin d’améliorer de façon significative les conditions de vie de tous les concitoyens dans notre cher pays ».

Il a invité les acteurs, au respect rigoureux des règles d’hygiène de transformation et d’emballage de leurs produits dérivés afin de répondre favorablement aux attentes des consommateurs.

Notons que pour la campagne de commercialisation 2019-2020, les prévisions d’exportation sont estimées à 13 000 tonnes dont 6 000 tonnes pour cacao et 7 000 tonnes pour le café.