Togo : Calvaire sur le tronçon Lomé-Adidogomé, le quotidien des taximen

Longue de 120 kilomètres, la voie Lomé-Kpalimé subit depuis mi-avril d’importants travaux de réhabilitation et de renforcement.

Au nombre des ouvrages prévus, on peut noter l’aménagement en 2X3 voies du tronçon Todman-Zanguéra, et la réalisation de bassins de rétention d’eau de Ségbé, Adidogomé, et Todman.

En attendant, depuis sept à huit mois environ, les conducteurs de taxi desservant le tronçon de Todman à Adidogomé, voire plus loin Zanguéra et autres, se voient obligés d’utiliser des voies de déviation, rudes et caillouteuses, parfois dépourvues de lampadaires. Pour la plupart, il s’agit d’une corvée à l’origine de plusieurs problèmes de santé tels que les courbatures, le rhume, dus à la dureté des voies de déviation, et à toute la poussière qui en découle à chaque navette.

Komi, 48 ans, souligne quant à lui, le manque à gagner, surtout à cause du contexte de la Covid-19, qui a fait diminuer le nombre de passagers à prendre, sans vraiment augmenter le tarif comme il se doit. A cela s’ajoute, pour Essohanam, 53 ans, les longues files d’attente, les embouteillages où chacun cherche presque à circuler au-dessus de son prochain, et la forte potentialité d’accidents.

Si pour ceux-là, la vie sur cette portion de route est, aujourd’hui, un véritable calvaire tant du point de vue sanitaire que financier, certains reconnaissent que la réhabilitation de cette voie si fréquentée aura un impact sur la fluidité de la circulation, et pourra sans doute leur permettre de joindre les deux bouts de la capitale en un temps record.

D’ici là, ils espèrent dans une résignation et une patience assourdissantes, le dénouement et la livraison du projet, prévue dans 36 mois.

Plus d'articles
Debordo Leekunfa : ”Qui vous livre votre drogue monsieur ? C’est méchant”; l’artiste tacle sévèrement le sélectionneur des Éléphants