Togo / Célébration du 1er mai : le Synphot ne participera pas aux manifestations

Le syndicat national des praticiens hospitaliers du Togo (Synphot) ne participera pas aux manifestations officielles de la 133e édition de la Journée Internationale du Travail, le 1er mai prochain.

Ainsi en a décidé cette organisation syndicale à travers un courrier signé de son Secrétaire général, Dr Gilbert Tsolenyanu (photo), en date de ce vendredi 19 avril.

Le motif avancé est la non-satisfaction des revendications exprimées depuis des années et qui avaient conduit à la mise en place d’un groupe de Travail dont les conclusions des travaux n’ont pas abouti à un accord parties.

Lire aussi : Togo/ Doyen de la FASEG-UL: les premiers mots du Prof Kako Nubukpo après son élection

 Voici l’intégralité du courrier envoyé aux membres du SYNPHOT

Cher(e)s camarades membres du SYNPHOT,

Recevez les salutations syndicales du Bureau exécutif national du SYNPHOT.

Depuis le 08 avril 2015, pour rester conforme à la trêve sociale annoncée par la synergie des travailleurs du Togo (STT), le SYNPHOT a fait confiance aux autorités gouvernementales dans leur approche d’apporter progressivement des solutions aux problèmes sociaux par un dialogue fécond.

Cette voie de négociation entre les gouvernants et les travailleurs a été privilégiée alors que les conditions de vie et d’exercice des agents de santé n’ont cessé de se détériorer. Ainsi depuis le premier semestre 2017, le bureau national a effectué une tournée dans les formations sanitaires publiques de Lomé et de l’intérieur du Togo, pour s’imprégner davantage des conditions pénibles dans lesquelles vivent et travaillent les agents de santé. À l’issue de cette tournée, le SYNPHOT a transmis au Ministre de tutelle par courrier N° 0015/BEN/2017 du 10 Juillet 2017, le point des difficultés recensées ainsi que des doléances en vue de trouver des solutions idoines. Cette démarche de notre organisation syndicale avait pour but de susciter le dialogue social pour prévenir la crise sociale et instaurer un climat apaisé dans le secteur sur la base de la confiance mutuelle entre les partenaires sociaux et le gouvernement.

Bien que de nombreuses rencontres entre partenaires sociaux aient eues lieu, celles-ci n’ont malheureusement jamais abouti à des mesures concrètes sur les différentes préoccupations exprimées.

Ceci avait conduit le SYNPHOT à informer le Ministre par courrier 0017/BEN/2017 du 19/ 12/2017, de la tenue d’un sit-in de mécontentement le 03/01/2018 dans les formations sanitaires publiques avec une plateforme revendicative.

Lire aussi : Togo : Nouvelle nomination à la présidence de la République

Ce dernier courrier resté sans suite, le secteur de la santé a connu en janvier 2018, une série de mouvements de sit-in et de grèves. Ces mouvements se sont poursuivis jusqu’en avril 2018 paralysant les activités du secteur. Le Premier Ministre, Chef du gouvernement, pour résoudre définitivement cette crise qui perdure, a, par arrêté n°2018-010/PMRT du 4 Avril 2018, mis en place un groupe de travail constitué des représentants du gouvernement, de l’administration et ceux des syndicats du secteur de la santé pour réfléchir et proposer au plus tard fin Avril 2018 des solutions aux problèmes qui minent le secteur de la santé.

Prévu pour une durée d’un (1) mois, nous sommes à un an (1) après la mise en place du groupe de travail, sans que la table de discussions devant aboutir à un accord parties n’ait été ouverte malgré la remise du rapport du groupe de travail au Premier Ministre le 21 Février 2019. Cette situation entame sérieusement la confiance et la patience de notre base et risque de compromettre le climat d’accalmie qu’a connu le secteur de la santé jusqu’ici.

Il faut également souligner que les conclusions du dialogue social entamé depuis le 11 mai 2018 avec les centrales syndicales au Togo tardent également à voir le jour.

Le bureau exécutif national du Syndicat National des Praticiens Hospitaliers du Togo (SYNPHOT) après analyse de la situation et consultation de ses sections locales et en application des directives de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) dont nous sommes membre, demande à ses membres sur toute l’étendue du territoire national, de ne pas participer aux manifestations officielles de la 133e édition de la Journée Internationale du Travail au Togo pour manifester leurs mécontentements.

Il exhorte le gouvernement à achever les discussions entamées depuis le 11 mai 2018 avec les centrales syndicales au Togo dans le cadre du dialogue social et à ouvrir la table de discussions devant aboutir à un accord parties afin de consolider l’accalmie observée depuis la mise sur place du groupe de travail.

Le bureau exécutif national appel à la mobilisation de tous derrière nos revendications.

Nous comptons sur votre civisme, pour observer avec calme et discipline ces consignes à travers tout le territoire national.

Vaincrons ou mourons mais dans la dignité !

Lomé, le 19 avril 2019.

Similaires