Togo : congé de maternité, que dit la loi ?

La femme salariée a besoin d’un congé de maternité lorsqu’elle est en état de grossesse. Pour jouir de ces congés, elle doit remplir certaines conditions.

Selon la loi togolaise, le congé de maternité est d’une durée de 14 semaines et pour jouir de ces jours de congés, il faut d’abord que la femme présente un certificat médical attestant une présence de grossesse. 

« Quand une femme est salariée et qu’elle est en grossesse, l’entreprise ne paie pas la totalité du salaire pendant les congés de maternité. La loi dit que l’entreprise paiera la moitié et la CNSS se charge également de payer l’autre moitié du salaire », explique Olivier Benissan, consultant formateur en ressources humaines, spécialiste du travail

Lire aussi: Une femme ghanéenne nommée par l’ONU pour superviser les élections Afghanes

« La femme doit remplir certaines formalités. Elle doit fournir à la CNSS, au moins 3 consultations prénatales, un certificat avant la fin du troisième mois de la grossesse, un deuxième certificat d’état de grossesse au 6e mois de la grossesse et un troisième certificat de grossesse au 8e mois de la grossesse. C’est pour voir si l’enfant est viable et vivant », ajoute-t-il.

Notons que la période de congé peut être rallongée de 3 semaines au cas où la femme subit des interventions chirurgicales lors de l’accouchement ; ceci pour lui permettre de récupérer. Mais qu’advient-il au cas où la femme fait une fausse-couche ou donne naissance à un mort-né ? Le congé sera-t-il supprimé ?

« Il faut dans ce cas, psychologiquement accompagner la femme. Elle ne reprendra pas le service si tôt. On peut lui demander de prendre un peu de temps de repos, qu’elle reprenne psychologiquement avant la reprise du service ; on peut abréger ou allonger dans ce cas le congé ; tout cela dépendra du gynécologue. » , conclut le consultant spécialiste du travail Olivier Benissan.




Plus d'articles
Économie: le Togo jugé sur la bonne voie