En mai 2015, A. S. L. de nationalité capverdienne, arrivait en transit à l’aéroport international Gnassingbé Eyadéma de Lomé en provenance de Sao Paulo pour la Guinée Conakry.

Suite à un test improvisé du bureau de la cellule aéroportuaire anti trafic sur sa personne, il fut appréhendé en possession de 60 capsules contenant de la cocaïne pour un poids total de 0,72 kg qu’il a ingurgité. Pris la main dans le sac, l’accusé n’a pas nié les faits qui lui sont reprochés. 



Lire aussi: Togo-Cour d’assises : un jury exceptionnel pour juger des actes macabres exceptionnels

Au regard de ces faits il est donc accusé de trafic international à haut risque. À l’issue des plaidoyers du procureur de la République et de l’avocat de l’inculpé, A. S. L. est reconnu coupable selon la loi togolaise. 

Il est condamné à 10 ans de réclusion et à 1 million de francs CFA d’amende. Notons que l’accusé dispose encore de 8 jours pour se pourvoir en cassation. 

Âgé de 27 ans, A. S. L. est agent de sécurité demeurant à Sao Paulo au Brésil. Il est célibataire et père d’un enfant. Son cas est la première affaire traité au cours de la première session 2019 de la Cour d’Assisses de Lomé.