Togo : Couvre-feu instauré dans le Grand Lomé

En conférence de presse ce vendredi 18 décembre 2020 à Lomé, le Comité de gestion et de riposte contre la Covid-19 a annoncé officiellement qu’un couvre-feu sera instauré durant la période des fêtes.

Le couvre-feu prendra effet du 20 décembre 2020 au 3 janvier 2021, de 22h à 5h GMT dans le Grand Lomé.

Le couvre-feu débutera exceptionnellement une heure plus tard les 24, 25 et 31 décembre.

Les autres villes du pays observeront également un couvre feu de 23h à 5h les 24, 25 et 31 décembre 2020, et le 1er janvier 2021.

Par ailleurs, les célébrations de culte ne sont autorisées qu’un jour dans la semaine (vendredi pour les musulmans et dimanche pour les chrétiens). Exceptionnellement, les cultes pourront également avoir lieu les 24, 25 et 31 décembre 2020, et le 1er janvier 2021, dans le strict respect des mesures barrières et des horaires du couvre-feu Les célébrations ne concernent que les lieux de cultes précédemment autorisés à ouvrir.

Les événements culturels et commerciaux (spectacles, campagnes publicitaires etc…) et des célébrations (mariage, baptême etc…) sont interdits sur toute l’étendue du territoire national. Mais la quinzaine commerciale est autorisée, sous un format réduit, et ce, dans le strict respect des mesures barrières et des horaires du couvre-feu.

Aussi, la consommation sur place dans tous les bars, y compris, les bars traditionnels est interdite sur toute l’étendue du territoire.

Voici, ci-dessous, l’intégralité du communiqué.

REPUBLIQUE TOGOLAISE

COMMUNIQUÉ DU GOUVERNEMENT – Lomé, Vendredi 18 Décembre 2020 –

Afin de limiter les risques de propagation de la pandémie au nouveau coronavirus, la COVID-19, en cette fin d’année, le Gouvernement, après avis du Conseil scientifique et suite aux concertations avec les différents acteurs (leaders religieux, élus locaux, préfets, patronat, syndicats des tenanciers de bars et restaurants, etc.), décide des mesures suivantes

1- Instauration d’un couvre-feu selon les modalités ci-après :

Zone du Grand Lomé :

  1. du 20 décembre 2020 au 03 janvier 2021, de 22 heures à 05 heures,
  2. les 24 et 25 et 31 décembre 2020 et le 1 er janvier 2021, de 23 heures à 05 heures ;

Pour le reste du territoire national, les 24 25 et 31 décembre 2020, et le 1er janvier 2021, de 23 heures à 05 heures ;

2- Interdiction de la consommation sur place dans tous les bars sur toute l’étendue du territoire national, y compris les bars traditionnels, du 20 décembre 2020 au 03 janvier 2021. A titre de rappel, les night-clubs, les dancings restent strictement fermés.

3- Interdiction de rassemblements de plus de 15 personnes sur toute l’étendue du territoire national ;

4- Interdiction des évènements culturels et commerciaux (spectacles, campagnes publicitaires, etc.) et des célébrations (mariage, baptême, etc.), du 20 décembre 2020 au 03 janvier 2021 sur toute l’étendue du territoire national.

  • La quinzaine commerciale est cependant autorisée sous un format réduit, dans le strict respect des mesures barrières et des horaires du couvre-feu ;

5- Interdiction de la célébration de culte sauf un jour par semaine (vendredi pour les musulmans et dimanche pour les chrétiens) sur toute l’étendue du territoire du 20 décembre au 03 janvier.

  • Les célébrations sont autorisées les 24, 25 et 31 décembre 2020 et le 1er janvier 2021 dans le strict respect des mesures barrières et des horaires du couvre-feu.
  • Pour la zone du Grand Lomé, les célébrations ne concernent que les lieux de cultes précédemment autorisés à ouvrir.

6- Interdiction des pèlerinages et les camps de prières.

7- Respect strict des mesures barrières que sont le lavage des mains, le port de masque et la distanciation, en tout lieu et en toute circonstance.

Le Gouvernement remercie toute la population pour son adhésion aux dispositions prises depuis le début de la pandémie, et compte sur le sens de la responsabilité de tous pour le respect de mesures ci-dessus édictées.

Fait à Lomé, le 18 décembre 2020 Le Gouvernement

Plus d'articles
Un réseau de pédop0rnographie démantelé ; 3000 ans de prison requis contre les accusés