Dans toutes les arènes, on enregistre durant les empoignades des blessés parmi les lutteurs. Les luttes sont des combats corps-à-corps durant lesquels les blessures sont inévitables.

L’on rencontre des blessures graves ou légères. Il s’agit notamment des écorchures, des fractures, les étirements, les déboîtements, les luxations, les entorses. Un lutteur souffrant de blessure légère peut reprendre les empoignades après administration des soins. 



Lire aussi: Défaite du Sénégal : Diouf accuse les joueurs

Ces blessures peuvent également se présenter sous forme de traumatisme moyen ou plus important. Dans ce cas, le lutteur fait objet de la prise en charge secondaire où un diagnostic de précision est posé sur place. En présence d’un traumatisme grave, le lutteur est transféré à l’hôpital ou au centre de santé. 

Notons que les diverses blessures qui surviennent sont prises en charge par des équipes du ministère en charge de la santé et de la protection civile et celles de certaines ONG, dont la Fondation Gnassingbé Eyadéma pour l’éducation et la santé (Fogees). 

Pour rappel, l’édition 2019 des Evala sera définitivement bouclée demain dimanche 21 juillet 2019 avec le championnat Super Evala.