in ,

Togo : il invente son kidnapping par la police togolaise pour bénéficier d’un visa étranger

Image illustrative rendue floue

Le ministre en charge de la Sécurité, le Général Yark Damhane a relevé les forces et faiblesses du premier trimestre en matière de sécurité en vue de mieux envisager le second semestre de l’année 2019. 

Concernant la présumée disparition des nommés Atchi Atsu et Atchi Kokou Mensah, le ministre de la sécurité et de la protection civile a également fait la lumière sur cette affaire. C’était au cours d’un point presse ce mardi 9 juillet à Lomé. 

Notons que s’agissant des allégations de disparition forcée, le nommé Atchi Kokou Mensah le nouveau Amegah Kokouvi a reconnu avoir monté cette histoire de toute pièce afin de pouvoir obtenir les avantages auprès de l’administration togolaise et des institutions internationales. 

Lire aussi: Togo : l’emploi des jeunes a sa cartographie

Le présumé coupable a fait connaître aux enquêteurs le nommé Koffi gérant d’un cyber café sis à Bè Kpota comme étant celui qui l’a aidé à saisir et à forger les lettres contenant les allégations mensongères de disparition forcée qu’il a envoyées aux Collectifs des associations contre l’impunité au Togo (Cacit), à la CNDH et à la Ligue togolaise des droits de l’homme (Ltdh). 

De l’enquête, il ressort qu’Atchi Kokou Mensah au nom actuel d’Amegah Kokouvi a monté de toutes pièces cette affaire de disparition forcée. Des faits, Atchi Kokou Mensah dans le but selon l’intéressé d’avoir des faveurs auprès des institutions internationales et de l’administration togolaise. 

La présidente de la Cndh Nakpa Polo a, par ailleurs, félicité le ministre de la sécurité et son équipe pour les investigations qui ont permis d’aboutir à ces conclusions.

Nouvelles sanctions de l’ONU contre des Maliens accusés de s’opposer à la paix

CAN 2019 : la VAR fait son entrée dans l’arbitrage