Tanko Timati

L’annonce du programme emploi-étudiant l’année dernière avait suscité des indignations et des moqueries sur les réseaux sociaux. Mais les premiers étudiants inscrits ne le regrettent pas, indique le journal Focus dans sa parution ce jour.

En effet, le programme, basé sur un partenariat entre l’Université de Lomé et la société Fan Milk, donne la possibilité aux étudiants de vendre les produits de l’entreprise sur le campus à leurs heures libres. Une façon pour les étudiants démunis d’avoir une source de revenus supplémentaire pour financer leurs études.

Idée de Cadeau pour la Pâques

Lire aussi : Le Président Faure Gnassingbé appelle à la consolidation de la paix au Togo

Un tour effectué par nos confrères à la boutique Fan Milk de l’UL et des échanges avec la majorité des étudiants permettent de faire un constat : les bénéficiaires gagnent autour de 35.000 FCFA par mois, voire plus (ce qui est supérieur au Salaire minimum interprofessionnel garanti au Togo). A ce jour, ils sont au nombre de 20 à être recrutés, indique le journal.

« C’était un peu difficile au début, face surtout aux moqueries de nos camarades. Mais je suis orphelin et je n’ai pas de ressources pour couvrir mes besoins. Je me suis donc accroché et aujourd’hui, je suis très heureux d’avoir saisi cette opportunité », a confié Alfred (nom d’emprunt), étudiant au département d’Anglais au journal. Il assure que son salaire lui a permis cette année de payer lui-même ses frais d’inscription et ses loyers, sans avoir eu à solliciter ses proches.

Lire aussi : Togo : Le Cluster Maritime d’Afrique francophone porté sur les fonts baptismaux ; Charles Gafan élu Président

Son job ne l’empêche pas pour autant d’assumer ses charges de délégué d’amphi et surtout de réussir. Il a ainsi validé 54 des 60 crédits de la première année semestre (1 et 2).

Comme son ami Balougou Téfé du département de Philosophie, qui soutient avoir capitalisé tous les 120 crédits des quatre premiers semestres. Preuve que le job étudiant ne constitue pas de manière irréfragable, un handicap à la réussite.

Au surplus, il donne même des vocations d’entrepreneur à Alfred : « je fais des économies pour ouvrir ma propre boutique de vente avec le soutien et en partenariat avec Fan Milk » confie-t-il, fier