Force est de constater que, la plupart des employeurs du Togo tardent à déclarer leur employé à la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss). En effet, suite à une opération de contrôle, la Cnss a relevé des irrégularités concernant la situation de plusieurs employeurs.

Celle-ci porte à la source, sur les effectifs déclarés et sur l’assiette des cotisations sociales. À cet effet, la Cnss à travers une conférence de presse organisée le vendredi 6 septembre 2019 à Lomé, appelle les employeurs sur l’ensemble du territoire national, au respect de leur droit, en se conformant aux principes en vigueur.



Lire aussi: Robert Mugabé est mort, mais pas ses citations rigolotes

Placé sous le thème, « Obligation légales en matière de sécurité sociale des employeurs établis sur l’ensemble du territoire national », la conférence a été une aubaine pour la Cnss de rappeler aux concernés, que l’immatriculation est un droit fondamental qui accomplit à la fois les employés et les entreprises.

« Il a été malheureusement donné de constater que certains patrons notamment des Chefs des établissements privés utilisent du dilatoire pour tenter de se soustraire de leurs obligations sociales », a laissé entendre l’équipe dirigée par Mme Ingrid AWADE.

Lire aussi: Vous n’avez pas besoin d’avoir un Bac+3 pour travailler chez Apple, Google ou Netflix

Cette situation persiste alors que les employés déclarés à la CNSS, bénéficient d’une assurance maladie pour les soins médicaux, les indemnités de maladie, de vieillesse, d’accidents de travail, de la maternité, d’invalidité, de décès et des assurances familles. Des dispositions, prises par le législateur pour permettre une meilleure inclusion sociale et le bien-être des travailleurs au Togo, indique pour sa part, M. Justin Pilante, Directeur du département des prestations techniques de la Cnss.

Enfin, la structure, compte sur le sens de responsabilité des patrons d’établissements en l’occurrence, des entreprises privées au respect de la loi afin d’échapper à la rigueur de la justice.