Togo : la forêt, l’autre facteur de croissance économique

Le peuple togolais observe ce samedi pour la 43e fois consécutive, la journée nationale de l’arbre. 

À la veille de cette journée qui se traduit par la mise en terre de jeunes plants, le ministre de l’environnement et du développement durable et de la protection de la nature Professeur David Oladokoun exhorte à plus de mobilisation.

En effet, “depuis l’instauration de l’initiative en 1977, du chemin a été fait. L’engouement ininterrompu des citoyens en est un indicateur. Le premier inventaire forestier national réalisé en 2016 révèle un taux de couverture forestière nationale de 24,24 %”.  

Lire aussi: Togo: Hélène Doubidji élue présidente des patrons de presse en ligne

Outre le rôle socio-écologique de la forêt, le ministre a insisté sur la valeur économique des ressources forestières. 

Il faut d’abord comprendre que la contribution du secteur forestier à l’économie nationale est souvent mal calculée. Car le système actuel de comptabilité nationale ne prend pas en compte les services non-marchands et écosystémiques du secteur forestier. 

La prise en compte de ces paramètres dans les études thématiques réalisées dans le cadre du programme national du reboisement montre que la forêt aurait contribué à 18,32 % au PIB en 2015.

Notons aussi que des statistiques nationales indiquent que le secteur forestier a généré en 2006 une valeur ajoutée de 5,5 milliards de francs CFA soit 1,68 % du PIB. Le Togo s’engage conformément aux dispositions des axes 2 et 3 du Plan nationale de développement à restaurer 1, 400 000 hectares de terres dégradées. 

Plus d'articles
La CENI reprend le paiement des membres des bureaux de vote