Togo : la recrudescence des Wi-Fi zone à Lomé, la fin des cybers traditionnels ?

On les appelle communément ‘‘Wi-Fi zone’’ ou ‘‘Espace Wi-Fi’’. A Lomé, on peut les retrouver un peu partout dans les quartiers grâce à des inscriptions affichées sur les murs, les poteaux, etc. Il s’agit de l’un des nouveaux business aujourd’hui qui ont pignon sur rue au Togo.

Comme leurs noms l’indiquent, les ‘‘Wi-Fi zone’’ sont généralement des lieux à l’intérieur desquels un accès à Internet sans fil est disponible grâce à un hotspot Wi-Fi. Malheureusement, les cyber-cafés ont été touchés de plein fouet par cette vague de changement.

En effet, les cybers, ces petits locaux composés de cinq à dix machines toutes connectées au réseau Internet via un fournisseur d’accès, d’un scanner, d’une imprimante, d’un service de secrétariat pour les saisies sans oublier quelques tables et chaises, n’ont plus le vent en poupe ces dernières années.

Ces endroits marqués par de fortes affluences il y a quelques années, ne sont plus vraiment en vogue. Et de nombreuses raisons peuvent expliquer cet état de fait notamment le coût de connexion, la qualité de la prestation…

Selon Jean, dans la vingtaine, « les wifi zone offrent plus d’avantages que les cybers. C’est pourquoi je préfère ça. Par exemple avec 150frs, vous avez une bonne connexion. Je peux faire ce que je veux, les cours, les réseaux sociaux, les recherches ».

« Dans un cyber, par contre il faut attendre un poste libre, s’assoir parmi les gens et parfois la connexion ne vient même pas, or, tu vas payer plus cher », a-t-il ajouté.

Le député Gerry Taama a abondé récemment dans le même sens en ces termes : « L’intérêt d’un Wifi-Zone est triple. Il évite de s’agglutiner dans les cybers, (lutte contre le coronavirus), il offre des coûts de connexion intéressants, et il est accessible en permanence… ».

Ainsi, il est clair que les cybers tendent à disparaitre au profit des wifi zones. Mais ne s’agit-il pas au fond plus d’une simple adaptation aux réalités des avancées de la technologie et de son application dans le quotidien spécialement dans le contexte de cette crise sanitaire et de l’obligation du respect des mesures barrières ?

Puisque avec les wifi-zone, l’utilisateur dispose de la connexion sur son propre terminal, souvent le téléphone portable, et a la liberté de mouvement tout autour du point d’accès.

Plus d'articles
Les larcins n’iront plus forcément en prison