Le monde entier célèbre la journée mondiale de la photographie, ce lundi 19 août. En prélude à cette célébration, les professionnels du métier réunis au sein du syndicat national des reporters d’image au Togo (SYNRIT), ont décidé de se former pour s’adapter aux nouvelles exigences de leur métier.

Ils se remettent en cause avec l’ampleur des photos amateurs et des réseaux sociaux. A cet effet, ils ont échangé vendredi autour de plusieurs thèmes tels que : « quel avenir pour la photographie au Togo ? », « les techniques de shooting photo et des photos artistiques ».
Le secrétaire général du SYNRIT, Koda Kaderi Labara, se réjouit de l’initiative. « Nous sommes confrontés à une difficulté engendrée par les nouvelles technologies. Donc cette formation est la bienvenue parce qu’elle nous donnera des moyens de s’en sortir », affirme t-il.



Lire aussi : Kenya : un jeune de 17 ans remporte un prix mondial pour l’innovation

Le photographe et cinéaste Togolais, Jacques Doh Kokou, a pris part à la session de formation. Il fait une distinction entre le photographe amateur des réseaux sociaux et le professionnel. Pour lui : « Tout le monde peut prendre des photos, mais tout le monde n’est pas photographe. Le photographe doit connaître un certain nombre de métiers qui tourne autour de la photographie comme la vidéo par exemple et pas n’importe laquelle, la vidéo d’art ». « Un photographe qui veut défendre les droits des enfants doit lire le code des enfants » ajoute t-il.

Lire aussi : Analyse : d’où vient le « coupé – décalé » et que signifie t-il ?

Même si beaucoup d’amateurs ont envahi le domaine, Jacques Doh Kokou est certain que les professionnels se démarqueront toujours.