Le nouveau code des investissements au Togo a été adopté à l’unanimité ce mardi 11 juin 2019 par les députés togolais.

Lire aussi : La polygamie désormais obligatoire en Erythrée

Ce code qui mise sur l’attractivité, s’aligne sur les trois (3) grands axes du Plan national de développement (PND 2018 – 2022). Il s’inscrit également dans l’amélioration du climat des affaires qui d’ailleurs nécessite une refonte du cadre juridique des investissements au Togo en vue de le rendre plus attractif aux investisseurs, tout en orientant leurs actions vers une croissance économique forte et soutenue, créatrice d’emplois et de revenus, dans tous les secteurs de la vie économique et sociale.

« Ce vote offre au gouvernement un instrument juridique déterminant pour attirer davantage les investissements et poursuivre sa politique de développement économique et social », s’est réjoui M. Sani Yaya, ministre de l’Economie et des Finances.

Lire aussi : Togo : vers la création de tribunaux de grande instance dans chaque région

Plusieurs innovations sont introduites en vue de cette amélioration. Elles sont relatives au recours à des incitations proportionnelles à l’importance des investissements, notamment une réduction d’impôt proportionnelle au montant investi ou une réduction d’impôt forfaitaire par emploi créé ; à l’amélioration des incitations fiscales suivant les zones d’implantation des entreprises ; au statut du siège des holdings du siège régional d’entreprise internationale ou leurs centres opérationnels, permettant des incitations à l’emploi renforcées ; à la limitation des exonérations sur les droits, taxes et impôts indirects ou les impôts perçus au cordon douanier sur une durée de cinq (5) ans ; à la redéfinition des seuils minimums de réinvestissement ; et à la fusion des régimes d’agrément et de déclaration.