« Respect des droits de l’Homme, des valeurs et principes démocratiques pour une paix durable », c’est la thématique qui a fait objet de débat entre forces de l’ordre de sécurité et acteurs de la société civile ce mardi à Lomé.

L’initiative émane du ministère des droits de l’homme et des relations avec les institutions de la république en collaboration avec le centre de documentation et de formation sur les droits de l’homme (CDFDH).



Lire aussi : Togo : l’ampleur des photos amateurs et des réseaux sociaux inquiète les reporters d’image

« Cette conférence fait partie du lot d’activité que le CDFDH a convenu de faire avec les autorités. Et aujourd’hui, le groupe cible, ce sont les forces de l’ordre parce que ce sont eux qui ont pour mandat de protéger les citoyens », explique Godwin Etsé, directeur exécutif du CDFDH.

L’organisation souhaite à travers cette rencontre d’échange, rappeler aux agents des forces de l’ordre, les principes qui dirigent les droits humains dans l’exercice de leur fonction. C’est ce qu’explique Godwin Etsé : « Souvent, on note une faille dans l’exercice du travail des forces de l’ordre. On remarque qu’il y a usage excessive de la force au cours des arrestations et des détentions. Nous avons réuni ces agents pour les amener à respecter de plus en plus les droits de l’homme dans leur activité parce que la liberté des citoyens est fondamentale ».

Lire aussi : Athlétisme : le physique de la médaillée olympique, Caster Semenya, suscite des critiques depuis 10 ans

Et si la liberté des citoyens est fondamentale, la constitution togolaise exige que « l’Etat a l’obligation de les respecter, de les garantir et de les protéger ».