Togo : Les incivismes déplorés des conducteurs de taxi moto « Olé » dans la circulation

De nos jours, les Zedman ou communément Zemidjan (en Mina) sont devenus incontournables dans le quotidien du Togolais. Etant donc un secteur assez lucratif, à part les Zedman ordinaires, on y rencontre d’autres opérateurs économiques notamment la structure ‘‘Olé moto’’. Reconnaissables à leur gilet vert, ils roulent généralement sur une moto de couleur similaire avec un compteur et GPS intégré.

Ces conducteurs, ce qui est déplorable, a-t-on remarqué, se livrent bien souvent à des excès de vitesse en circulation. Pour justificatif, ils avancent généralement être sous un contrat strict assorti d’objectifs journaliers. Et avec la crise sanitaire aux grandes retombées financières qui prévaut en ce moment, ils se disent tenus d’en faire toujours plus.

Nous avons rencontré Fofonê K., un conducteur de olé moto. Il se confie : « Le boulot de Zemidjan n’est pas aisé, mais au moins il y a des avantages certains si la moto est à toi. Olé à côté, c’est autre chose. A chaque jour, on doit verser 2.000 FCFA, peu importe ce qu’il se passe. Avec les gens qui ont peur de sortir, imaginez un peu ça ».

Il est compréhensible que ces conditions puissent faire une forte pression sur les fameux conducteurs. En effet, ils doivent faire de nombreux allers-retours dans toute la ville, ses coins et recoins pour rassembler suffisamment de fonds afin de remplir le quota journalier. Néanmoins ce ne doit pas être une excuse pour mettre sa vie ainsi que celle des autres en danger. Ainsi, leur conseillons nous de revoir leur sens de la conduite, en respectant le code de la route et tout ce qui peut en ressortir.

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Tennis / Covid-19 : quand Novak Djokovic est comparé à un « crash-test »